Attentat de Londres: Elle a posé avec le policier 45 minutes avant l'attaque
Actualisé

Attentat de LondresElle a posé avec le policier 45 minutes avant l'attaque

Une touriste américaine s'est fait photographier avec Keith Palmer quelques minutes avant que l'assaillant ne le poignarde à mort. Elle espère pouvoir transmettre ce cliché à la famille de la victime.

par
joc
Staci pense être en possession de la dernière photo de Keith Palmer vivant.

Staci pense être en possession de la dernière photo de Keith Palmer vivant.

Mercredi 22 mars, dans l'après-midi. Staci Martin se promène dans les environs de Westminster avec son fils lorsque son regard est attiré par un policier en faction devant les grilles du Parlement. «C'est ma première visite à Londres et je vois son chapeau. Je me dis que je dois prendre une photo avec lui et son chapeau», raconte cette résidente de Wellington (Floride) à ABC News. La touriste américaine s'approche alors du fonctionnaire pour lui demander s'il est d'accord de poser avec elle. Le policier accepte «très poliment», écrit Staci sur Facebook.

Moins d'une heure après cette rencontre sympathique, c'est l'enfer. Alors que l'Américaine et son fils se trouvent dans un taxi, un individu se précipite vers eux pour leur expliquer ce qui vient de se produire. «Nous levons les yeux, il y avait un hélicoptère au-dessus de nous et plein de véhicules de secours», décrit Staci, encore sous le choc.

«C'est un peu surréaliste»

Keith Palmer, policier de 48 ans, vient d'être mortellement poignardé par l'assaillant devant les grilles du Parlement. Quelques heures plus tard, la touriste américaine découvre la photo de la victime. Elle est mortifiée: «Je pensais que c'était lui, mais mon mari et ma fille m'ont prise pour une folle. Nous n'arrivions pas à le croire», confie la mère de famille.

Staci pense être en possession de la dernière photo de Keith Palmer vivant. Elle espère pouvoir la transmettre à la famille du policier. «C'est important de m'assurer qu'ils l'aient. Ils peuvent m'enlever de l'image, mais je veux qu'ils aient ce souvenir de lui», explique la touriste, qui ne peut s'empêcher de penser au pire. «Si j'avais été là-bas une demi-heure plus tard à cet endroit exact... c'est un peu surréaliste, c'est sûr», conclut-elle.

Ton opinion