Lausanne: Elle accuse le CHUV de l'avoir contaminée
Actualisé

LausanneElle accuse le CHUV de l'avoir contaminée

L'hôpital universitaire l'aurait infectée avec le fameux autopiqueur. La direction tempère.

par
Côme Gallet
Flora montre son doigt, piqué par un appareil douteux.

Flora montre son doigt, piqué par un appareil douteux.

Flora* n'oubliera pas son passage à la Policlinique médicale universitaire (PMU), le 30 juillet 2009. Elle y subit une analyse avec un stylopiqueur, qui ne décèle rien d'anormal. Mais le 8 juin dernier, elle reçoit une lettre recommandée.

«Je pensais à un rappel pour une facture, mais en parcourant le courrier, j'ai vite déchanté.» La PMU l'informe de la bévue à l'autopiqueur. Elle effectue un contrôle pour détecter une éventuelle infection. Et le résultat est sans appel: Flora a contracté l'hépatite B (le virus atteint le foie et peut provoquer une inflammation).

Heureusement, ses défenses immunitaires lui ont permis de guérir sans traitement. Selon son médecin, le taux élevé­ d'anticorps encore présents témoigne d'une contamination récente. Mais il précise qu'il est «très dur de connaître la date exacte de l'infection». Cette hépatite s'attrape par des piqûres ou des pratiques sexuelles à risque. «La PMU doit assumer et arrêter de prendre les gens pour des idiots, note Flora. Je ne suis pas toxicomane, je suis une célibataire endurcie et je n'ai été piquée qu'au CHUV.»

Pour le Pr Pécoud, directeur de la PMU, «rien ne prouve que nous avons contaminé cette pa­tiente»: ce cas s'ajoute à la liste des personnes ayant guéri, seules, d'une hépatite B, sans que l'on sache précisément quand la maladie a été contractée.

* Prénom d'emprunt

Rappel: deux ans pour une bourde médicale

- Entre janvier 2008 et avril 2010, une équipe de la PMU confond deux types de stylopiqueurs: l’un réutilisable, l’autre non. Des résidus de sang ont pu infecter certains patients.

- Face aux risques de contamination (VIH, hépatites), 277 patients sont contactés le 8 juin.

- Le 25 juin, la PMU annonce que sur les 200 patients contrôlés, aucun n’est infecté.

Ton opinion