Actualisé

Canton de ZurichElle allaitait sa fille de 7 ans: jugée pour acte sexuel

Une mère est convoquée devant la justice en janvier prochain pour pour avoir donné le sein à son enfant âgé de 7 ans. Le cas est exceptionnel.

A la fin janvier, une mère devra comparaître devant la justice à Dietikon (ZH) pour avoir régulièrement donné le sein à sa fille de sept ans. Son ex-mari, qui l'avait dénoncée à la justice, a été condamné en avril pour s'être tu trop longtemps. Ce cas exceptionnel pose la question de l'âge jusqu'auquel il est accepté d'allaiter un enfant.

«Je n'ai jamais rencontré cette thématique», assure à l'ats le professeur de droit pénal Peter Albrecht. Pour lui, il est théoriquement possible que la mère soit condamnée pour acte d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou d'acte d'ordre sexuel avec un enfant. Telles sont du moins les accusations du Ministère public.

Les circonstances concrètes du cas sont décisives. Jusqu'ici, on sait uniquement que la mère donnait régulièrement et pendant une vingtaine de minutes son sein à sa fille de sept ans, au développement normal. Ceci alors que le sevrage était terminé et que l'enfant ne buvait plus de lait maternel depuis longtemps.

Il s'agit en particulier de savoir pourquoi elle lui donnait le sein, estime le professeur Albrecht. Donc, de déterminer si cette femme a agi pour des motifs sexuels.

En Suisse, les pédiatres recommandent un allaitement exclusif au sein ou au biberon pour les nourrissons durant les premiers quatre à six mois. Par la suite, il faut les habituer progressivement à la nourriture pour bébés. Après leur premier anniversaire, les enfants peuvent «manger normalement à table».

Plus longtemps jadis

Mais il est tout à fait possible d'allaiter un enfant au-delà, explique Heidi Zinggeler Fuhrer, présidente de l'association des pédiatres suisses. Jadis, il était coutumier en Suisse d'allaiter nettement plus longtemps. C'est encore le cas dans d'autres pays, explique-t-elle.

La durée de l'allaitement dépend notamment de la disponibilité d'alternatives, par exemple de la nourriture en biberon ou d'aliments adaptés à l'âge. Cette durée dépend aussi des normes sociales.

«Pour autant que c'est ok pour la mère et l'enfant, il n'y a rien à objecter d'un point de vue pédiatrique à l'allaitement d'un enfant de trois ou quatre ans», poursuit Heidi Zinggeler Fuhrer. Plus un enfant est âgé, plus il faut déterminer avec soin s'il en va de l'intérêt des deux. Impossible toutefois de définir un âge limite clair et net pour mettre un terme à l'allaitement.

Pas de suspicion généralisée

La pédiatre ne s'exprime pas sur le cas de Dietikon sans avoir connaissance de faits plus précis. Elle met toutefois en garde contre une suspicion généralisée des mères allaitant longtemps: «Ce serait grave si des mères se sentaient obligées de mettre un terme à l'allaitement après une année déjà».

Plusieurs professionnels ne comprennent pas les accusations évoquées à Dietikon. Les reproches du Ministère public sont «intenables», écrivent la scientifique Zsuzsa Bauer et l'experte Sibylle Lüpold sur le site de l'Associaton suisse des consultants en lactation (www.stillen.ch).

Ces allégations grossières ne peuvent s'expliquer que par une méconnaissance de l'allaitement, selon elles. Un enfant ne peut pas être nourri au sein contre sa volonté. Ce n'est possible qu'avec sa participation active, tant que cela lui procure une sensation de bien-être.

«Allaiter n'est certainement pas un acte sexuel, mais une forme d'alimentation biologique et de prise en charge», écrivent les deux femmes. Impossible de tracer une limite fondée à partir de laquelle ces gestes sont punissables.

Ni malade, ni perverse

Même son de cloche auprès de l'association professionnelle des consultantes en lactation: une mère qui donne le sein à son enfant âgé de quatre, cinq ou six ans n'est ni malade, ni perverse. L'abus sexuel ne se passe pas par l'allaitement.

Le pédiatre et auteur Herbert Renz-Polster se dit «plutôt choqué» par le cas porté devant la justice à Dietikon. Du point de vue de la recherche comportementale évolutive, allaiter un enfant de sept ans n'est pas hors normes, explique-t-il.

Ainsi, la durée moyenne de l'allaitement chez l'humain est de 30 mois, comme le montrent plusieurs études. En Corée, les enfants les plus jeunes d'une famille sont souvent nourris au sein jusqu'à sept ou huit ans, parfois jusqu'à douze.

Reste qu'il est clair que plus un enfant est allaité longtemps, moins l'alimentation est prioritaire. Le lait maternel ne s'écoule que partiellement voire plus du tout.

Synonyme d'apaisement

Il n'est pas exceptionnel qu'un enfant souhaite téter le sein même après le tarissement du lait, écrivent Zsuzsa Bauer et Sibylle Lüpold. Car en plus de l'alimentation, donner le sein a aussi une autre fonction, non nutritive: celle d'apaiser et de détendre. En allemand, le mot «Stillen» signifie d'ailleurs à la fois allaiter et apaiser.

Flavia Frei, de la Protection de l'enfance Suisse, précise que donner le sein peut satisfaire un besoin de proximité. «Mais plus l'âge avance, plus il faut offrir des alternatives à l'enfant», précise-t-elle.

Pour elle, le rapprochement entre la mère et l'enfant lors de l'allaitement est certes positif. Mais cette proximité peut avoir des conséquences négatives si elle ne sert plus le bien-être de l'enfant. «Dans certains cas, il se peut qu'il ne développe pas l'instinct pour ses propres limites», poursuit Flavia Frei. Or celui qui ne connaît pas ses limites pourra moins bien se défendre plus tard contre des abus. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!