Tribunal fédéral: Elle avait laissé son fils lui téter le sein: coupable
Actualisé

Tribunal fédéralElle avait laissé son fils lui téter le sein: coupable

Une puéricultrice a été condamné à 9 mois de prison avec sursis pour avoir laissé son fils de sept ans lui sucer le sein.

Coupable d'avoir laissé son fils lui sucer les seins lorsqu'il avait besoin d'être consolé, une puéricultrice écope définitivement d'une peine de neuf mois de prison avec sursis. Le Tribunal fédéral (TF) confirme sa condamnation pour actes d'ordre sexuel.

Ancienne directrice d'école, cette mère de famille genevoise avait contesté le caractère sexuel des actes qui lui étaient reprochés. Dans un premier temps, elle avait été acquittée par le Tribunal de police, mais le Ministère public avait recouru et obtenu sa condamnation.

Longue habitude

Jusqu'à l'âge de sept ans, son fils avait gardé l'habitude de lui téter les seins. En même temps, la mère le caressait sur tout le corps, notamment sur son sexe.

Pour le TF, ce comportement a «une connotation sexuelle claire pour un observateur neutre». Le fait de sucer le sein de sa mère alors qu'elle n'a plus de lait peut encore constituer dans un premier temps un réflexe naturel pour un jeune enfant, admet le TF, mais ce comportement perd ensuite sa signification originelle.

Dans ces conditions, poursuit Mon Repos, «les mobiles de la mère ou la signification que son comportement a pour elle n'importent pas». Par ailleurs, «il n'est pas déterminant non plus que l'initiative de lui sucer le sein revienne à son fils».

Climat «incestueux»

Parallèlement à la peine de prison assortie du sursis, la mère devra suivre un traitement ambulatoire psychiatrique et psychothérapeutique.

Deux expertises avaient décrit un climat «incestueux» au sein de la famille, l'une avait toutefois relevé que l'accusée était une «bonne mère», qui ne présentait pas de danger pour ses enfants.

En 2008, le Service de la protection des mineurs (SPMi) de Genève était intervenu. Les enfants avaient été placés une année dans un foyer avant de réintégrer la maison, sous la surveillance du SPMi. (arrêt 6B_103/2011 du 6 juin 2011) (ats)

Ton opinion