06.06.2018 à 06:54

GenèveElle dit avoir été forcée à se voiler, il se dit victime

Un homme est accusé de séquestration et de contrainte par son ex-femme. Niant tout, il a dénoncé une manipulation.

par
Léonard Boissonnas
Les époux avaient fait connaissance sur internet. (image d'illustration)

Les époux avaient fait connaissance sur internet. (image d'illustration)

iStock

Ils rêvaient d'amour, mais leur histoire s'est terminée par un divorce et une plainte de l'épouse. Mardi, devant le ­Tribunal de police du canton de Genève, le quadragénaire et sa désormais ex-femme ont présenté des versions bien différentes de leur vie commune. Elle l'accuse de l'avoir séquestrée dans leur appartement de Lancy (GE) durant huit mois, ne l'autorisant à sortir qu'en sa présence. Il l'aurait aussi contrainte à porter le voile et l'aurait menacée de lui couper les veines si elle évoquait sa situation ou tentait de partir.

Le couple s'était rencontré en 2013 sur internet. Comme elle, il est Algérien, mais vit à Genève, tandis qu'elle habite encore au pays. Après quel­ques mois d'échanges, les amants virtuels décident de se marier et monsieur fait venir madame en Suisse. C'est là que les versions divergent.

Récits différents

Selon la plaignante, elle était constamment enfermée à clé dans leur logement; les contacts avec l'extérieur ne se limitaient qu'à de rares mails, sous la surveillance de son mari. Le prévenu évoque, lui, une vie «normale». Son ex-femme avait un jeu de clés et avait un accès libre au téléphone et au web, d'après lui. Il ne l'a jamais menacée ni forcée à se voiler, a-t-il affirmé, se disant «victime d'une manipulation».

L'accusation a réclamé la condamnation du quadra, estimant que le récit de la plaignante avait été corroboré par plusieurs éléments concordants. De son côté, la défense a souligné les versions contradictoires des protagonistes et demandé l'acquittement. Le verdict sera rendu vendredi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!