Grande-Bretagne: Elle échappe à la prison pour avoir tué ses enfants
Actualisé

Grande-BretagneElle échappe à la prison pour avoir tué ses enfants

Une Sud-Africaine de 43 ans a été reconnue coupable, mardi, du meurtre de trois de ses enfants malades par une cour britannique.

L'époux de la mère infanticide arrive au tribunal pour la lecture du verdict.

L'époux de la mère infanticide arrive au tribunal pour la lecture du verdict.

Une mère reconnue coupable du meurtre de trois de ses enfants atteints d'une maladie incurable a échappé à la prison et été condamnée mardi à Londres à être hospitalisée, la justice ayant estimé qu'elle traversait un «épisode dépressif majeur» au moment des faits. Tania Clarence, une Sud-Africaine de 43 ans, avait plaidé coupable du meurtre de trois de ses quatre enfants en avril.

Ben et Max, des jumeaux âgés de trois ans, et leur soeur Olivia, quatre ans, souffrant tous les trois d'amyotrophie spinale, une pathologie génétique incurable qui atrophie petit à petit les muscles, avaient été découverts sans vie par la police au domicile familial, dans le sud-ouest de Londres.

Episode dépressif majeur

Si l'accusation avait requis l'incarcération de Tania Clarence, le juge Nigel Sweeney a estimé qu'il existait des éléments «clairs et convaincants» montrant qu'elle souffrait «d'un épisode dépressif majeur» au moment des faits.

«Si vous n'aviez pas souffert de troubles mentaux à cette époque, vous n'auriez pas tué vos enfants», a dit le magistrat en s'adressant à elle.

Selon le jugement rendu par le tribunal, Tania Clarence, placée depuis son arrestation dans un établissement psychiatrique, ne pourra quitter l'hôpital qu'après avoir reçu le feu vert de ses médecins.

«Stress incontrôlable»

La semaine dernière, elle avait éclaté en sanglots à la barre alors que l'accusation faisait le sombre récit des meurtres, décrivant comment elle avait étouffé les jumeaux avec une couche, avant de placer des jouets autour de leur tête.

«Il lui était plus difficile de tuer Olivia, et elle avait écrit une lettre à son mari», en vacances en Afrique du sud avec la fille aînée du couple, «entre le moment où elle avait tué les garçons et celui où elle avait tué Olivia», avait dit le procureur Zoe Johnson.

En 2011, un médecin avait prévenu que Tania Clarence se trouvait en situation de «stress incontrôlable».

Graphiste, Tania Clarence avait arrêté de travailler pour s'occuper des enfants avec l'aide de personnels soignants. (afp)

Ton opinion