Basket - NBA: «Elle est entrée et s'est jetée sur moi»
Actualisé

Basket - NBA«Elle est entrée et s'est jetée sur moi»

Accusé d'avoir drogué et violé une jeune femme en 2013, le joueur des New York Knicks Derrick Rose a témoigné devant le tribunal fédéral de Los Angeles.

photo: AFP

Derrick Rose, accusé d'avoir drogué et violé une jeune femme en 2013 à Los Angeles s'est défendu d'«avoir fait quelque chose de mal» vendredi devant le tribunal fédéral de Los Angeles, au troisième jour d'une procédure civile.

La star des Knicks a présenté la plaignante comme consentante, «comme à chaque fois que nous avons eu une relation sexuelle». «Elle est entrée dans la maison et s'est aussitôt jetée sur moi, elle a commencé à m'embrasser, je n'aime pas être forcé», a-t-il expliqué, en précisant qu'il a repoussé les avances de la jeune femme.

Une relation éipsodique

La plaignante, avec qui Rose entretenait depuis plusieurs mois une relation épisodique, a ensuite eu une relation sexuelle avec l'un des deux amis de la star de la NBA, présents ce jour-là dans la villa de Beverly Hills et accusés eux aussi de viol.

La jeune femme a de son côté expliqué qu'elle n'avait eu aucune relation sexuelle lors de son passage dans la résidence de Rose. Elle est ensuite repartie en taxi chez elle, où Rose et ses deux amis l'ont rejointe quelques heures plus tard. «Je me suis évanouie, j'ai perdu connaissance», a-t-elle indiqué, ne se rappelant pas du déroulement de la soirée.

Une robe autour du cou et un préservatif usagé

A son réveil le lendemain matin, sa robe était entortillée autour de son cou et un préservatif usagé était à côté de son lit. «J'étais effrayée parce que je ne savais pas ce qui s'était passé», a-t-elle expliqué durant sa déposition qui a duré huit heures.

La plaignante réclame à Rose, passé cet été des Chicago Bulls aux New York Knicks, et à ses deux amis d'enfance 21,5 millions de dollars de dédommagements. Le procès doit reprendre mardi avec la fin du témoignage de Rose, en pleine préparation de la saison 2016-2017. La police de Los Angeles avait ouvert une enquête, mais avait décidé de ne pas mettre Rose en examen, faute de preuves. (ats)

Ton opinion