Violences policières: «Elle était calme. Rien ne justifie que l’agent soit devenu fou»
Publié

Violences policières«Elle était calme. Rien ne justifie que l’agent soit devenu fou»

La vidéo de l’arrestation musclée d’une femme par un policier de Phoenix en janvier dernier fait polémique aux Etat-Unis.

par
lhu
Police de Phoenix

«Elle était calme, elle était coopérative, elle n'a rien fait ou dit qui justifiait qu'il devienne complètement fou». L’avocat de Mariah Valenzuela ne comprend toujours pas ce qui a poussé l’officier de police, Michael McGillis, à devenir brutal avec sa cliente lors d’un contrôle routier à Phoenix le 17 janvier dernier. Une vidéo de la police montrant l’arrestation musclée de la jeune femme a récemment été publiée sur les réseaux sociaux. Elle a mis cette affaire sous le feu des projecteurs aux Etats-Unis. Des images de Mariah après les faits montrent que la jeune femme a des ecchymoses et des éraflures sur le visage et sur les jambes. Elle a décidé de porter plainte contre la ville de Phoenix pour brutalité policière, rapporte Fox 10.

«Pourquoi suis-je interpellée?»

Sur les images, on peut voir l’agent de police aborder Mariah Valenzuela, lui demander si elle a une pièce d’identité. Ce à quoi elle répond par une question: quel est le motif de cette interpellation? L’homme ne répond pas, communique une information dans sa radio de fonction et lui demande si le véhicule près d’elle lui appartient. Elle répond par la négative et réitère sa question. Pourquoi est-elle interpellée? Le policier ne répond toujours pas, communique à nouveau quelque chose dans sa radio, avant de lui demander une seconde fois si elle a une pièce d’identité. Mariah répond «non» et pour la troisième fois lui demande la raison de son interpellation. C’est à ce moment que le policier se rapproche et se rue sur elle sans prévenir pour la menotter. Une fois sur elle, il lui crie de mettre ses mains derrière son dos. Surprise, la jeune femme se met à hurler, refuse et se fait maîtriser sans ménagement. Les images deviennent indéchiffrables, mais, pendant qu’il tente de maîtriser la femme, on entend l’agent lui répéter à plusieurs reprises de mettre ses mains dans le dos. Quand les images sont à nouveau visibles, Mariah est couchée face contre terre. Elle a une main menottée et hurle: «Pourquoi vous me menottez?». Pendant ce temps, Michael McGillis tente de récupérer son autre main pour l’attacher. Elle résiste. S’ensuit une brève explication entre les deux protagonistes:

Mariah Valenzuela: Pourquoi vous me menottez?

Michael McGillis: Je vous ai demandé votre pièce d’identité.

Mariah Valenzuela: Elle est dans ma voiture.

Michael McGillis: Vous avez dit que vous n’en aviez pas.

Mariah Valenzuela: Siiii, j’en ai. Si j'en ai.

Michael McGillis: Donnez moi votre bras.

Mariah Valenzuela: Laissez moi la chercher dans ma voiture.

Michael McGillis: Donnez moi votre bras.

Mariah Valenzuela: Aaaaah Hurlements prolongés

Michael McGillis: Stop!

Pas d’antécédent, affaire classée

La jeune femme a été interpellée car le policier «a observé un véhicule roulant du mauvais côté de la route, dans une voie de circulation opposée », a déclaré le département de police de Phoenix révèle, la chaîne américaine Fox 10. A ce moment-là, l’agent soupçonnait que la conductrice soit en état d’ébriété. Le département a également publié une déclaration disant: « Le Bureau des normes professionnelles du département de police de Phoenix a évalué les images de l’incident et d'autres preuves et a estimé qu'il n'y avait pas de violation de la politique venant de l'agent McGillis. L'officier McGillis n'a pas fait l'objet d'autres allégations de mauvaise conduite au cours des cinq dernières années». Conclusion: affaire classée du côté de la police.

Le ministère a en outre expliqué l’incident en ses termes: «En raison du fait que Mariah Valenzuela n’a pas fourni de pièce d’identité, comme elle est légalement tenue de le faire, malgré les trois occasions que l’agent Mcgillis lui a données, la décision a été prise de la placer en état d’arrestation. L’officier Mcgillis a demandé à Mariah Valenzuela de mettre ses mains derrière son dos. Jusqu'à ce moment, même si elle a refusé de fournir ses papiers d'identité, l'agent McGillis et Valenzuela ont eu un échange cordial et il ne croyait pas qu’elle deviendrait soudainement récalcitrante. L’agent Mcgillis a ensuite tenté de la menotter.»

Poursuivie pour avoir résiste

Les poursuites envers la jeune femme pour conduite en état d’ivresse ont été abandonnées, a annoncé cette semaine son avocat Brian Foster. Elle est en revanche toujours poursuivie pour avoir résisté à son arrestation. Maître Foster «espère que des situations de ce genre ne se reproduiront pas» et attend des excuses de la part de la ville de Phoenix, ainsi que l’abandon de toutes les charges.

Ton opinion