France: Elle était pourtant sûre de pouvoir entrer au Louvre
Publié

FranceElle était pourtant sûre de pouvoir entrer au Louvre

Une influenceuse a été refoulée du musée parisien à cause de sa tenue jugée inappropriée. L'Australienne de 25 ans ne voit pas où est le problème.

par
joc

N'en déplaise à Newsha Syeh, on ne pénètre pas au Louvre dans n'importe quelle tenue. L'Australienne de 25 ans, qui compte près de 250'000 abonnés sur Instagram, s'est pointée à l'entrée du musée dans une robe noire extrêmement décolletée, transparente au niveau des jambes. Peu sensible à ce look original, un agent de sécurité l'a priée de rebrousser chemin et de reconsidérer son choix vestimentaire. Outrée, la jeune femme a raconté l'incident sur le réseau social: «Il a eu des gestes et des expressions faciales dégoûtées et horribles, il m'a engueulée en me disant de me couvrir et me regardait avec des yeux remplis de haine», a-t-elle écrit.

«J'ai le coeur brisé, parce que je pensais que le Louvre avait dépassé cette règle archaïque. Il s'avère que ce n'est pas le cas», a ajouté la jeune femme. Pour étoffer son argument, Newsha Syeh a publié une capture d'écran de sa recherche Google concernant le code vestimentaire du Louvre: un tel règlement n'existe pas. «Ce musée abrite tellement de portraits et statues de femmes nues, je trouve ridicule que quelqu'un qui travaille là-bas soit aussi choqué et dégoûté par le corps féminin», a confié l'instagrammeuse au «Daily Mail».

Malheureusement pour la jeune femme, seul un petit nombre d'internautes lui a donné raison. La plupart de ses abonnés a en effet estimé qu'une telle tenue n'avait rien à faire dans un musée. «Aies un peu de respect pour toi-même et pour les lieux que tu visites. Laisse la nudité partielle aux clubs et à ta chambre à coucher. (...) Une leçon de classe est terriblement nécessaire», a commenté un utilisateur.

«Tu représentes tout ce qu'il y a de plus affreux et narcissique chez les influenceurs. Achète-toi une vie!», a ajouté un autre internaute. D'autres, encore plus virulents, ont reproché à l'Australienne son manque de culture et son look de travailleuse du sexe. Newsha peut cependant compter sur le soutien indéfectible de certains de ses abonnés. «Nous sommes au 21e siècle et il y a encore des gens pour vous reprocher ce que vous portez ou comment vous le portez», s'est indigné l'un d'entre eux.

Ton opinion