Affaire Alexia : «Elle lui disait: Tu bandes pas, t'es une merde»
Actualisé

Affaire Alexia «Elle lui disait: Tu bandes pas, t'es une merde»

Accusé de minimiser les violences conjugales en attaquant la personnalité d'Alexia, l'avocat de Jonathann D. a de nouveau tenu des propos surprenants dans «Libération».

par
joc

L'avocat de Jonathann D. persiste et signe. Après les aveux de son client, Randall Schwendorffer s'était attiré les foudres de la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes pour avoir déclaré que la victime avait «une personnalité écrasante» et que son meurtrier présumé «se sentait rabaissé, écrasé». Marlène Schiappa avait alors reproché à l'avocat de «minimiser les violences conjugales» et de «trouver des excuses» à son client. Du «féminisme au ras des pâquerettes», estime le principal intéressé, qui s'est une nouvelle fois laissé aller à des déclarations surprenantes dans «Libération».

Dans cette interview, l'homme concède qu'il a cru à cette théorie du couple sans histoires. «Un manque de clairvoyance», avoue-t-il. Me Schwendorffer va plus loin, estimant que Jonathann et Alexia «n'étaient pas faits pour être ensemble». Il se lance ensuite dans des considérations particulièrement osées: «Cette fille-là, à son âge et vu ses attentes, il lui fallait un mec. Un vrai mec. Un mec qui assurait. Et elle, elle lui reprochait: T'es impuissant, tu bandes pas, t'es une merde!»

«T'es au niveau ou tu dégages»

Randall Schwendorffer partage alors son point de vue sur les femmes dominantes qui, selon lui, «font des concessions à leur liberté si elles estiment que ça le mérite». «T'es au niveau ou tu dégages», résume l'avocat, qui estime qu'une femme dominante ne devient «écrasante» que si «elle a pris un compagnon plus faible».

Ces propos ne manqueront pas de faire encore des remous. «A chaque fois que je m'exprime, je crée une nouvelle polémique sans le vouloir», déplore Me Schwendorffer. «Il est sans filtre, il fait n'importe quoi, et c'est pas la première fois. Quand on affronte la meute, il faut maîtriser les éléments de langage», confirme un ami magistrat. Le procès de Jonathann D. devrait se tenir au mois de juin 2019.

Ton opinion