Actualisé 26.11.2015 à 08:24

Vaud

Elle plaide pour une alerte enlèvement plus efficace

Quand l'un des deux parents kidnappe ses propres enfants, l'alerte enlèvement n'est pas toujours déclenchée. Une députée socialiste veut modifier cette procédure.

«Les divorces ne se passent pas toujours bien.» Dans les colonnes de «La Côte», l'élue socialiste au Grand Conseil vaudois, Jessica Jaccoud, rappelle une triste réalité. Quand un couple s'entredéchire, notamment autour de la garde des enfants, le pire peut arriver. L'enlèvement en 2011 à Saint-Sulpice d'Alessia et Livia en est le plus dramatique exemple. Les jumelles de 6 ans avaient été kidnappées par leur papa, qui s'était ensuite suicidé. Les fillettes, elles, n'ont jamais été retrouvées.

Dans cette affaire, l'alerte enlèvement n'avait pas été lancée. Jessica Jaccoud rappelle que le dispositif n'est pas automatiquement déclenché lorsque l'un des parents est impliqué dans le kidnapping. Elle a interpellé les autorités cantonales pour que ces procédures évoluent. «Dans de nombreux cas, c'est l'un des parents qui enlève l'enfant.»

Si la loi est fédérale, elle tente d'agir au niveau cantonal pour s'assurer que de nouvelles directives soient édictées et appliquées au plan local.

(20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!