Climat: Elle porte plainte contre la Suisse devant la CEDH

Publié

ClimatElle porte plainte contre la Suisse devant la CEDH

Une femme dépose une plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme car la Suisse ne protège pas assez les seniors contre les conséquences du réchauffement climatique.

La CEDH devrait traiter l’affaire encore cette année.

La CEDH devrait traiter l’affaire encore cette année.

AFP

Alors que le mois de mai avait déjà connu des températures estivales et qu’une nouvelle vague de chaleur s’apprête à frapper la Suisse, Rosmarie Wydler-Wälti, coprésidente de l’association «Aînées pour la protection du climat Suisse» – lancée en 2016 par Greenpeace – reproche à la Confédération de ne pas assez agir pour protéger les femmes âgées des conséquences du réchauffement climatique et des vagues de chaleur.

Avec son association, elle a décidé de porter plainte contre la Suisse devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), annonce ce mardi le «Blick» dans son édition suisse allemande. Alors qu’il avait déjà été constaté lors de la canicule de 2003 que les femmes de 75 ans et plus étaient particulièrement touchées et comptaient plus souvent parmi les victimes de la chaleur, Rosmarie Wydler-Wälti déplore que rien n’ait été fait en Suisse.

Et pourtant, l’association a déposé une plainte devant la plupart des instances helvétiques: d’abord auprès de Doris Leuthard, à l’époque à la tête du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), puis au Tribunal administratif fédéral et au Tribunal fédéral (TF), rappelle le «Blick». À chaque fois, l’association a été déboutée. Le TF lui a, par exemple, répondu qu’il restait du temps pour atteindre les objectifs climatiques. «Cela nous a énormément déçus, cette justification est tout simplement embarrassante», déplore Mme Wydler-Wälti.

Devant la Grande Chambre

Pour Greenpeace, la CEDH prend la plainte plus au sérieux que les tribunaux suisses car l’affaire a été transmise à la Grande Chambre (la plus haute instance de la Cour). D’après le «Blick», il est fort probable qu’une audience publique ait lieu encore cette année. Et alors que Rosmarie Wydler-Wälti et son association se présenteront en tant que plaignantes, la Grande Chambre devra déterminer si les droits humains des femmes ont été violés par une politique de protection climatique non suffisante.

(aze)

Ton opinion

94 commentaires