Etats-Unis: Elle risque 10 ans de taule pour avoir épousé sa fille
Publié

Etats-UnisElle risque 10 ans de taule pour avoir épousé sa fille

Une femme de 43 ans et sa fille biologique de 25 ans ont été arrêtées vendredi dernier, accusées d'inceste. La mère est une récidiviste: elle avait déjà épousé son propre fils en 2008.

par
joc
Misty et sa mère pourraient bien passer de longues années derrière les barreaux.

Misty et sa mère pourraient bien passer de longues années derrière les barreaux.

photo: Kein Anbieter/Facebook

Patricia Ann Spann, 43 ans, a été arrêtée vendredi dernier à Duncan (Oklahoma). Il est reproché à l'Américaine d'avoir épousé sa fille biologique, âgée de 25 ans. C'est lors d'une visite au domicile des deux femmes qu'un inspecteur du Service de protection de l'enfance a flairé quelque chose de louche. Patricia et sa fille Misty ont donc été dénoncées à la police, selon des documents judiciaires que «The Lawton Constitution» a pu se procurer.

Les autorités ont procédé à l'arrestation des deux femmes. Accusées d'inceste, elles ont toutes deux été transférées vers la prison du comté de Stephens, rapporte la chaîne KFOR-TV. Selon les registres du mariage, Patricia Spann n'en est pas à son coup d'essai: en 2008, elle avait déjà épousé l'un de ses fils. Quinze mois plus tard, le jeune homme avait fait annuler cette union, invoquant un inceste. Le 25 mars 2016, l'Américaine s'est enregistrée sous le nom de «Clayton» pour convoler avec Misty.

Confrontée aux services sociaux, Patricia a expliqué avoir perdu la garde de ses trois enfants au profit de la mère de leur géniteur. Elle a ajouté avoir ensuite perdu tout contact avec eux pendant plusieurs années et qu'au moment de retrouver Misty, il y a environ deux ans, «le courant avait bien passé» entre elles. La mère et sa fille ont avoué qu'elles étaient biologiquement liées et qu'elles s'étaient bel et bien mariées. Patricia Spann a assuré qu'elle ne pensait pas mal agir, son nom ne figurant plus sur le certificat de naissance de sa fille.

En attendant leur procès, les deux femmes n'ont plus le droit de contacter de potentiels témoins. Leurs cautions ont été fixées à 10'000 dollars. Elles risquent jusqu'à dix ans de prison.

Ton opinion