Etats-Unis: Elle se fait remarquer grâce à son fil Instagram
Actualisé

Etats-UnisElle se fait remarquer grâce à son fil Instagram

Des recruteurs sont prêts à débusquer la perle rare sur les réseaux de partage de photos.

par
laf

Les plateformes comme Instagram et Pinterest ont la cote auprès des employeurs. Ceux-ci sont toujours plus nombreux à les considérer dans les processus d'embauche, notamment pour les métiers créatifs. «Vous n'avez plus besoin d'un portfolio. Un fil Instagram suffit», résume Bradford Shellhammer, cofondateur de Fab.com, une plateforme de vente de mobiliers personnalisés. Il s'en est servi pour engager l'une de ses collaboratrices.

La graphiste Hannah Perrine Mode lui a tapé dans l'oeil grâce à la qualité de son flux de photos sur Instagram. Elle avait ouvert son compte il y a deux ans et demi «juste pour le plaisir». Elle s'est ensuite prise au jeu en fixant une ligne de conduite dans ses publications regroupées autour du thème porteur «dessin d'un jour». Elle y mêle depuis croquis rapides, peintures et photos entre amis. «Instagram est un excellent moyen de partager des éléments visuels de ma vie, explique-t-elle sur le site businessinsider.com. Je ne fais pas tout pour que tout ce que je publie soit un chef-d'œuvre. Beaucoup de gens me contactent sur la base de ce projet. C'est aussi un excellent moyen de se faire une idée de qui je suis en tant que personne, de trouver de l'inspiration et d'autres idées que je peux ensuite réaliser sur mon site web plus abouti.»

Certains recruteurs misent néanmoins davantage sur le réseau d'épingles Pinterest. «C'est le remplacement des portfolios, alors qu'Instagram évalue le niveau de goût», explique Mark Silver, à la tête d'un cabinet de recrutement spécialisé pour les professions de créatifs. Selon lui, Pinterest donne une meilleure idée des capacités du candidat grâce à un tableau dédié regroupant ses meilleures oeuvres.

Le photographe Daniel Arnold avait lui démontré qu'on pouvait se passer d'intermédiaire et travailler à son compte à l'aide d'Instagram. Une vente flash d'impressions d'images publiées sur le réseau lui avait rapporté près de 15'000 francs.

Ton opinion