Attentat de Manchester: Elle sort du coma et réalise que sa fille n'a pas survécu

Publié

Attentat de ManchesterElle sort du coma et réalise que sa fille n'a pas survécu

Hospitalisée dans un état critique, la maman de la petite Saffie, 8 ans, est désormais hors de danger. Mais elle doit maintenant faire face à la disparition de son enfant.

par
joc

La petite Saffie Roussos, 8 ans, est la plus jeune victime de l'attentat de Manchester survenu le 22 mai. L'enfant s'était rendue au concert d'Ariana Grande avec sa maman Lisa, 48 ans, et sa soeur aînée Ashlee, qui ont toutes deux été hospitalisées après l'attaque. Pendant plusieurs jours, Lisa n'a rien su du destin tragique de sa petite Saffie. La quadragénaire, dans un état critique, a en effet dû subir deux opérations et n'est sortie du coma que dimanche. La machine qui la maintenait en vie a pu être retirée et sa famille a eu la lourde tâche de lui annoncer le décès de son enfant.

«Elle est au courant. Elle est toujours à l'hôpital mais elle bouge les jambes, ce qui est fantastique. Lisa se bat et c'est très important que les gens le sachent», confie au «Sun» Mike Swanny, un ami de la famille. Ashlee, elle, se porte bien et devrait sortir de l'hôpital la semaine prochaine. Quant au papa, Andrew, il fait preuve d'un courage surhumain. «Il ne voulait pas s'abandonner au chagrin tant qu'il n'était pas fixé sur le sort de sa femme. Il a été une machine toute la semaine», explique Mike, dont la fille était la meilleure copine de Saffie.

Dans les heures qui ont suivi l'attaque, la fillette figurait sur la liste des personnes disparues et son visage était partout sur les réseaux sociaux. La terrible nouvelle est tombée et depuis, Mike gère les collectes de fonds, répond aux messages et informe le public. «C'est l'enfer depuis mardi dernier. J'ai dû rentrer chez moi et dire à ma petite fille que sa meilleure amie ne reviendrait pas», confie le Britannique. La famille de Saffie bénéficie d'un bel élan de solidarité de leurs voisins, qui se relaient pour la soutenir. Des fleurs et des bougies ont été déposées près du magasin des Roussos, à Leyland. «Tout le monde aimait Saffie et se souviendra de sa chaleur et de sa gentillesse. Elle était modeste mais avait une réelle fibre créative», conclut Mike.

Ton opinion