Actualisé 16.05.2011 à 16:48

Estavayer-le-Lac (FR)

Elle tente de se suicider par peur d'être expulsée

Une requérante d'asile de 21 ans que la police voulait renvoyer de Suisse a sauté depuis le balcon du 3e étage de son immeuble. Elle est grièvement blessée. Une voisine témoigne.

de
comm/gco

Yordanos, une requérante d'asile érythréenne de 21 ans, a tenté de se suicider de peur de devoir quitter la Suisse. Elles s'est grièvement blessée, lundi à l'aube, en sautant d'un balcon du 3e étage du centre de requérants d'asile d'Estavayer-le-Lac (FR) à la vue de la police venue l'expulser. SOS-Racisme juge l'intervention policière «choquante et inadmissible».

Selon l'association de défense des réfugiés, les autorités auraient dû procéder d'une manière plus appropriée, par exemple en informant son médecin, sachant que la jeune femme présentait «un risque suicidaire très élevé». Yordanos avait déjà tenté par deux fois de mettre fin à ses jours, précisent le Centre de contact Suisses-Immigrés (CCSI) et SOS- Racisme, dans un communiqué.

Peur d'être forcée à se prostituer

La jeune fille préférait se tuer plutôt que de retourner en Italie où elle craignait de tomber dans un réseau de prostitution. Selon les accords de Dublin, elle devait être expulsée vers l'Italie, pays par lequel elle a transité en 2009 avant d'arriver en Suisse. La Suisse l'avait déjà renvoyée une première fois dans la Péninsule, mais elle en était revenue en 2010 en raison des conditions inhumaines réservées aux demandeurs d'asile, selon SOS-Racisme.

Tant l'Office fédéral des migrations (ODM) que le Tribunal administratif fédéral (TAF) ont cependant décidé de l'expulser de nouveau vers l'Italie. Selon les organisations de défense des requérants d'asile, le TAF a demandé à l'ODM d'entreprendre des démarches appropriées auprès des autorités compétentes italiennes sur la situation médicale de cette jeune femme vulnérable, sans aucun réseau social ni familial. Mais rien n'aurait été fait.

Neuf mètres dans le vide

Lundi matin peu avant 4h45, la police fribourgeoise, qui explique avoir été mandatée par le Service fribourgeois de la population et des migrants (SPoMi) pour l'aider à mettre la main sur la jeune Erythréenne en vue de son refoulement par avion vers l'Italie (à bord d'un vol au départ de Genève prévu lundi), faisait irruption dans l'appartement à Estavayer-le-Lac. Ils ont découvert deux personnes qui dormaient, mais pas celle recherchée, cachée sur le balcon voisin, a précisé la police fribourgeoise dans un communiqué.

Yordanos sauté malgré une tentative de prise de contact de la part de l'agente de police qui l'a découverte sur un balcon. Elle a grimpé sur la rambarde avant de se jeter dans le vide d'une hauteur de 9 mètres environ, selon la police.

Une voisine témoigne

«Elle a été sauvée par son physique de fillette»

Grièvement blessée, la jeune femme a été héliportée au CHUV. Selon SOS-Racisme, elle souffre de fractures multiples notamment aux lombaires et au bassin. Son pronostic vital n'est plus engagé. «Il s'agit d'une jeune fille très frêle. On nous dit qu'elle a 21 ans, mais a l'allure d'une fillette de 12 ans. Elle mesure à peine 1m30 et doit peser 30kg! C'est sans doute ce qui lui a sauvé la vie», explique le Dr Amrani, un médecin-psychiatre qui la suit depuis quelques temps.

«C'est une jeune fille très angoissée et qui avait peur de la police et des uniformes. Je ne veux jeter la pierre à personne mais venir la chercher en pleine nuit, alors que les autorités avaient reçu des rapports très explicites sur sa fragilité psychiatrique, n'était vraiment pas très judicieux. Je comprends que l'on doive expulser certains requérants mais il faut savoir faire certaines exceptions. J'espère que ce drame va faire réfléchir les autorités sur l'attitude à avoir pour ce genre de cas particulier» conclut-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!