27.04.2020 à 08:55

Coronavirus aux Etats-Unis

Elle trouve un mot d'adieu dans le natel de son mari

Décédé du coronavirus le 22 avril, un père de famille de 32 ans avait rédigé une note dans son téléphone pour dire, une dernière fois, tout l'amour qu'il portait à sa femme et ses enfants.

de
joc

Quand Katie Coelho s'est précipitée vers l'hôpital de Danbury (Connecticut), dans la nuit de mardi à mercredi, il était déjà trop tard. Après un mois d'hospitalisation, son mari Jonathan avait succombé à un arrêt cardiaque provoqué par le coronavirus. Il n'avait que 32 ans. Effondrée, l'Américaine de 33 ans s'est efforcée de rassembler les affaires de son tendre époux. Katie a ouvert le téléphone de Jon dans le but de sauver un maximum de photos de lui et de leurs deux enfants de 10 mois et 2 ans.

Ce qu'elle a découvert l'a freinée dans son élan, raconte BuzzFeed News. Sur son lit d'hôpital, le trentenaire avait rédigé une note sur son smartphone. Un mot d'adieu, dans lequel Jon remercie sa femme et ses enfants pour le bonheur qu'ils lui ont permis de vivre. «J'ai tellement de chance et je suis si fier d'être ton mari et le père de Braedyn et Penny», a écrit le jeune homme. Jon rend ensuite un vibrant hommage à sa bien-aimée: «Katie, tu es la personne la plus belle, attentionnée et enrichissante que j'ai jamais rencontrée.»

«Il voulait s'assurer que les enfants et moi allions bien»

Il poursuit: «Tu es vraiment unique en ton genre... fais en sorte de vivre ta vie avec bonheur et avec cette même passion qui m'a fait tomber amoureux de toi. Te voir être la meilleure mère pour les enfants est la plus belle chose que j'ai jamais vécue.» Katie pense que son mari a rédigé cette note quelques semaines avant sa mort, avant qu'il ne soit intubé. Jon s'est éteint seul dans sa chambre d'hôpital. «Même s'il a lutté pour sa vie pendant un mois, je sais que jusqu'à la dernière seconde, il voulait s'assurer que les enfants et moi allions bien», confie Katie, qui avait parlé pour la dernière fois à son époux le 29 mars.

Ce dernier acte d'amour a bouleversé la jeune femme: «Si j'étais malade et que je me sentais faible, je ne sais pas si j'aurais la force d'écrire une lettre d'adieu à ma famille», explique l'Américaine à CNN. Mon cœur n'est même pas brisé, il est fracassé. Mes enfants et moi-même passerons le reste de notre vie sans Jonathan, conclut-elle. Employé dans un palais de justice, le jeune homme était apparemment en bonne santé avant de contracter le Covid-19. Il l'aurait attrapé après être entré en contact avec un malade le 23 mars.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!