Canada: Elle tue un jeune cycliste et l'attaque en justice
Publié

CanadaElle tue un jeune cycliste et l'attaque en justice

Responsable de la mort d'un adolescent de 17 ans, une Canadienne demande 1,3 million de dollars à sa victime ainsi qu'à ses parents pour le traumatisme qu'elle dit avoir subi.

par
joc
Brandon Majewski, qui se baladait à vélo avec deux amis, a été renversé et tué par la conductrice d'un SUV en octobre 2012.

Brandon Majewski, qui se baladait à vélo avec deux amis, a été renversé et tué par la conductrice d'un SUV en octobre 2012.

Sharlene Simon, 42 ans, ne doute de rien. En octobre 2012, cette Canadienne qui circulait en SUV a renversé et tué Brandon Majewski, un adolescent âgé de 17 ans qui circulait à vélo avec deux amis près d'Alcona, dans l'Ontario. Un de ses compagnons avait quant à lui été gravement blessé dans l'accident.

Aujourd'hui, la conductrice fautive poursuit en justice le garçon décédé pour le traumatisme qu'elle dit avoir subi. La quadragénaire attaque également les deux autres adolescents, ainsi que les parents de Brandon. Elle a aussi porté plainte contre le comté de Simcoe, pour mauvais entretien de la route. La plaignante réclame 1,35 million de dollars de compensation pour les divers maux dont elle se dit atteinte: dépression, anxiété, irritabilité et stress post-traumatique, notamment.

«Elle a tué mon enfant et maintenant elle veut en tirer profit?»

L'action de Sharlene Simon choque profondément la famille de Brandon: «J'ai l'impression d'avoir pris un coup de poing dans le ventre», a témoigné Derek, le père de l'adolescent décédé, au «Toronto Sun». «Elle a tué mon enfant et maintenant elle veut en tirer profit? Elle dit qu'elle souffre? Dites-lui de regarder à l'intérieur de ma tête et elle verra la souffrance, elle verra la panique, elle verra les cauchemars», a réagi Venetta, la mère de la victime.

Brian Cameron, avocat de la famille Majewski, n'en revient pas, lui non plus: «Pendant toute ma carrière, je n'ai jamais vu un individu poursuivre en justice un enfant mort. Je n'arrivais simplement pas à prendre mon téléphone pour l'annoncer à la famille», a-t-il confié.

L'homme de loi a lancé des poursuites contre la conductrice. Il la soupçonne d'avoir roulé trop vite, en état d'ivresse, et d'avoir fait usage de son téléphone au volant. L'intéressée, mère de trois enfants, estime de son côté que les trois garçons sont responsables de l'accident. Elle considère qu'elle a eu affaire à des «cyclistes incompétents».

Ton opinion