Nevada (USA): Elles racolent pour Hillary Clinton
Publié

Nevada (USA)Elles racolent pour Hillary Clinton

Des prostituées font campagne pour l'ex-First Lady avec la bénédiction d'un proxénète aussi médiatique que cynique.

par
arg
L'opération s'apparente surtout à un gros coup de pub...

L'opération s'apparente surtout à un gros coup de pub...

photo: Kein Anbieter

On dit que la candidature de Hillary Clinton à la Maison-Blanche ne fait pas rêver les femmes. Pourtant au Nevada, où se joue le prochain acte des primaires, un groupe féminin porte les couleurs de la Démocrate. Hookers for Hillary regroupe les travailleuses du Moonlite Bunny Ranch, bordel de Carson City. Ses militantes court-vêtues ne passent pas inaperçues dans les meetings.

Il faut dire que l'idée vient de leur patron. Et Dennis Hof s'y connaît en coups de pub. Ex-héros de reality show«Cathouse», le proxénète est très fier qu'on ait retrouvé, en octobre, l'ex-basketteur Lamar Odom agonisant dans un de ses ­motels. «C'était moche pour lui, mais ça m'a mis à la Une des médias», soupire-t-il. Avec Hookers for Hillary, l'homme tente manifestement de se moquer de l'ex-secrétaire d'Etat. Le fil Twitter censé représenter le groupe accumule les blagues vulgaires et les insultes à l'encontre de la candidate.

Plus motivées

Mais les travailleuses du sexe, elles, paraissent sincères et motivées. «Je suis pour Hillary parce qu'elle s'attaque à la violence domestique. Dans mes relations, jusqu'ici, les chutes dans les escaliers, les coquards et les côtes fracturées, je connais», a confié Entice Love, 26 ans, au reporter du quotidien britannique «Guardian».

Les filles, souvent mamans célibataires, ont connu le statut de travailleuses pauvres avant d'arriver au bordel. Elles sont reconnaissantes au président démocrate Barack Obama d'avoir tenu ses promesses sur le système de santé. «Mes médicaments contre l'épilepsie coûtent 10 dollars pièce. C'est beaucoup, à 20 ans», raconte Taylor, une Texane moulée dans une robe cobalt. Elle admet que son cœur penche encore plus à gauche: «Moi, je participerai au caucus pour Bernie Sanders», avoue-t-elle. «En aidant Hillary et on s'aide nous-mêmes, conclut sa collègue Entice. Les femmes devaient s'entraider, non?»

Ton opinion