Etude: Elles sont plus vite accros à la nicotine

Actualisé

EtudeElles sont plus vite accros à la nicotine

Une étude révèle que les femmes fument moins que les hommes, mais elles meurent davantage des méfaits du tabac.

par
Anne-Catherine Renaud

Autrefois une femme qui fumait était considérée comme vulgaire. Aujourd'hui, on estime à 24% le nombre de femmes qui toraillent, contre 33% d'hommes. Leur première cigarette, elles la grillent à 13 ans. Or, selon une étude de Thomas Cerny, oncologue à l'Hôpital cantonal de Saint-Gall, ces filles précoces sont celles qui présenteront les plus grands risques de mourir à 45 ans d'un cancer du poumon.

Parue dimanche dans la NZZ am Sonntag, cette étude, fondée sur les cas de 683 patients, révèle que les femmes sont plus vite accros à la nicotine que les hommes. Au bout de deux semaines, elles sont dépendantes, alors qu'il faut deux mois à leurs homologues masculins.

Mais elles sont aussi plus susceptibles d'avoir un cancer. Alors que les fumeurs ne tomberont malades qu'au bout de cinquante ans au rythme d'un paquet par jour, les fumeuses contracteront un cancer au bout de trente ans au même régime.

Elles ont aussi plus de peine à arrêter, car elles croient que la fumée les aide à rester minces. Or il suffit d'une bonne alimentation et d'un peu de sport pour stabiliser son poids.

Ton opinion