Twitter : Elon Musk rétablit des comptes bannis, mais hésite encore pour Trump

Publié

Twitter Elon Musk rétablit des comptes bannis, mais hésite encore pour Trump

Le nouveau patron du réseau social à l’oiseau bleu a annoncé vendredi que plusieurs comptes d’utilisateurs suspendus ont été réadmis sur la plateforme. 

Elon Musk est attendu au tournant au sujet de l’ancien président américain Donald Trump.

Elon Musk est attendu au tournant au sujet de l’ancien président américain Donald Trump.

REUTERS

Elon Musk, propriétaire et patron de Twitter depuis trois semaines, a annoncé vendredi que plusieurs comptes d’utilisateurs suspendus ont été réadmis sur la plateforme, mais qu’il n’avait «pas encore pris de décision sur (Donald) Trump».

«Pas la liberté d’atteindre» le public

Le patron de Tesla, qui défend une vision absolutiste de la liberté d’expression, est attendu au tournant au sujet de l’ancien président américain Donald Trump, banni du réseau social pour avoir encouragé ses partisans avant l’invasion du Capitole en janvier 2021. «La politique du nouveau Twitter c’est la liberté d’expression, mais pas la liberté d’atteindre» le public, a expliqué Elon Musk sur son compte Twitter.

«Les tweets négatifs ou haineux seront rétrogradés et démonétisés, donc il n’y aura pas de pub adossée ni d’autres revenus pour Twitter. Vous ne trouverez pas ces tweets à moins de les chercher spécifiquement, ce qui n’est pas différent du reste d’internet», a-t-il ajouté.

Twitter semble plongé dans une crise sans précédent vendredi, après que des centaines d’employés du groupe, rescapés de la première vague massive de licenciements il y a deux semaines, ont décidé de partir en réponse à un ultimatum du multimilliardaire. Elon Musk fait, en outre, face à l’inquiétude et aux critiques d’annonceurs, d’analystes et d’élus après de nombreuses décisions et prises de positions contradictoires sur le sujet crucial de la modération des contenus.

«Parasite, médiocre», Elon Musk insulté sur la façade du QG de Twitter

«Suspendue pour s’être fait passer pour une humoriste»

Les comptes qu’il a rétablis vendredi – Kathy Griffin, Jordan Peterson et Babylon Bee – sont proches de la gauche ou de la droite américaine. La comédienne Kathy Griffin, qui comptait deux millions d’abonnés, a été suspendue la semaine dernière de la plateforme, comme d’autres internautes qui avaient changé leur nom d’utilisateur en «Elon Musk» pour se moquer du nouveau patron. Elle avait également remplacé sa photo de profil par une image du milliardaire. «Les comptes Twitter qui se font passer pour quelqu’un d’autre, sans spécifier clairement qu’il s’agit d’une parodie, seront suspendus de façon permanente», avait indiqué Elon Musk.

Accusé de défendre la liberté d’expression sauf quand il est la cible de plaisanteries, il s’était aussi moqué de Kathy Griffin, en tweetant: «En fait, elle a été suspendue pour s’être fait passer pour une humoriste». «The Babylon Bee» est un site satirique américain à tendance conservatrice, suspendu de Twitter en mars pour infraction au règlement sur les propos haineux, après un tweet sur Rachel Levine, une pédiatre transgenre membre du gouvernement de Joe Biden.

«Merci Elon Musk»

D’après Bloomberg, l’ex-épouse d’Elon Musk, Talulah Riley, lui avait envoyé un texto au printemps, avant qu’il n’annonce son projet d’acquisition du réseau social, pour s’indigner de la suspension de Babylon Bee et l’inciter à acheter Twitter pour le supprimer ou le rendre «radicalement pro liberté d’expression».

Jordan Peterson est une personnalité médiatique connue pour ses opinions conservatrices, et aussi suspendu de la plateforme pour des propos haineux, contre l’acteur transgenre Elliot Page. «Je suis de retour. Merci Elon Musk», a-t-il tweeté vendredi.

Un internaute a suggéré de rétablir aussi le complotiste américain d’extrême droite Alex Jones, poursuivi depuis plusieurs années par des parents de victimes de la tuerie de l’école de Sandy Hook de Newton (Connecticut) pour avoir affirmé que le massacre n’était qu’une mise en scène pilotée par des opposants aux armes à feu. «Non», a répondu Elon Musk.

(AFP)

Ton opinion

9 commentaires