Genève: Elus impatients de se faire brocarder par la «R'vue»
Actualisé

GenèveElus impatients de se faire brocarder par la «R'vue»

Le mythique et incontournable spectacle politico-satirique débute ce vendredi, avec une équipe totalement renouvelée.

par
Didier Tischler

«Je suis super bon public et, comme ancien producteur de la Revue, je n'ai plus le stress du spectacle, pour n'en garder que le plaisir.» Le radical Frédéric Hohl, comme les autres chefs de groupe du Grand Conseil et l'ensemble des élus, assistera à ce que l'on appelle désormais «La R'vue». Même si ses pairs et lui-même se feront inévitablement brocarder.

«J'attends surtout de bien rigoler, car l'autodérision est le meilleur remède pour ne pas attraper la grosse tête!» confirme Mario Cavaleri, son homologue du PDC. «J'en attends un regard amusé et critique sur notre canton», ajoute la socialiste Anne Emery-Torracinta. La cheffe de groupe des Verts, Emilie Flamand, espère «bien rigoler, passer une bonne soirée et voir une revue mordante».

Le libéral Ivan Slatkine espère que «les sketches l'emporteront sur les chants... car le music-hall, ce n'est pas vraiment mon truc». Roger Golay, de son côté, désire plus de participation du public. «J'aimerais surtout davantage de moqueries et de railleries», ajoute le député MCG. L'UDC Stéphane Florey, lui, n'ira pas voir le spectacle. «Le soir où nous sommes invités (n.d.l.r.: samedi) je ne peux pas m'y rendre, explique-t-il. Et je ne pense pas spécialement y aller plus tard.»

Politiqu’ment incorrect

C’est le duo Philippe Cohen et Gaspard Boesch qui a repris les rênes de La Revue genevoise. Associés depuis plusieurs années au sein de la Compagnie Confiture, ils ont pulvérisé le box-office du spectacle de comédie et de divertissement pendant quatorze saisons… Pour La R’vue, le duo promet un retour annoncé à la satire et au politiquement incorrect. Leurs mots d’ordre: du mordant, du caustique, et pas de pitié pour les élites!

Ton opinion