Actualisé 02.06.2018 à 18:51

«Plastic Attack» à Thônex (GE)«Emballer un brocoli dans un film: c'est absurde»

Vendredi, à Thônex, une association a mené une action de sensibilisation au suremballage. Reportage.

von
Maria Pineiro

Les clients du magasin étaient invités à déposer les plastiques à la sortie.

Samedi, la planète, Suisse y compris, va vivre au rythme des «Plastic Attacks». Ces actions, souvent spectaculaires, visent à sensibiliser à la problématique du suremballage. Le principe est simple: on fait ses courses, puis on déballe les produits à même le magasin, juste après les caisses, afin de laisser les plastiques et autres contenants superflus à la charge de l'enseigne.

A Genève, samedi du Partage oblige, une manifestation a eu lieu vendredi devant la Migros de Thônex. Sur le trottoir, trois jeunes femmes, membres de l'association Naries, ont disposé un caddie qui s'est peu a peu rempli des déchets que les clients y déposaient. Ici, pas de commando groupé et d'attaque éclair, mais une action concertée avec la Migros.

Intervenants (dans la vidéo ci-dessus):

Emilie Tournier, cofondatrice de l'association Naries

Emmanuelle, Alison et Hélène, clientes

Isabelle Vidon, porte-parole de Migros Genève.

«Emballer un brocoli individuellement dans un film plastique: c'est absurde», relèvent Virginia et Emilie Tournier. Les deux soeurs, biologistes et éco-ethologues de formation, dénoncent les dégâts dévastateurs de ces emballages sur la faune notamment.

Des affiches et des sachets réutilisables sont là pour expliquer comment faire ses courses en évitant ces emballages nuisibles. Epaulées par Mia Critico, une stagiaire impliquée dans leur association Naries (Nature and Animal Rescue for Injured and Endangered Species), les jumelles répètent leur message aux clients de la grande surface.

Beaucoup sont déjà convaincus, à l'instar de Josiane. Cette Vaudoise qui habite Thônex, sort du magasin avec une barquette d'abricots. Bien équipée, elle prend dans son sac un filet réutilisable pour y transférer les fruits. L'emballage de ses abricots termine dans un caddie avec d'autres déchets en plastique abandonnés par des clients.

Des envies qui changent

Virginia et Emilie Tournier se réjouissent de la coopération du géant orange qui leur a mis à disposition en emplacement à la sortie du magasin et des chariots pour récolter les déchets. Elles ont également été reçues par des responsables pour expliquer leur action.

Une fois informée, Lucia, une autre cliente matinale, a laissé sur place l'emballage d'une paire de gants de ménage. «Les effets sur les animaux et sur les lacs sont horribles, maintenant je ferai plus attention», affirme cette cliente. «L'envie des consommateurs a changé», constatent les deux militantes passionnées de nature.

Elles prévoient déjà d'autres Plastik Attacks à Genève pendant les prochaines semaines. «Il est important de pouvoir agir à notre échelle», relèvent les soeurs Tournier. Des actions similaires auront lieu ailleurs en Suisse samedi à l'occasion d'une journée mondiale de sensibilisation. Initié en mars dernier dans une petite ville de Grande-Bretagne, ce mouvement s'est rapidement propagé à d'autres pays.

Plastic Attack à Thônex (GE)

Une Plastik Attack a été menée vendredi devant la Migros de Thônex (GE). Cette action pacifiste vise à sensibiliser les consommateurs à l'utilisation abusive de plastique dans les supermarchés. Les consommateurs étaient aussi invités à signer pétition pour demander à la grande surface de généraliser les ventes en vrac. Migros a par ailleurs lancé un programme de développement durable qui prévoit de fabriquer des emballages qui ménagent l'environnement.

Une pétition

La lutte contre le suremballage occupe aussi l'agenda politique en Suisse. Ainsi en mars dernier, le Grand Conseil valaisan a récemment accepté un postulat pour l'installation de plates-formes de déballage dans les grandes surfaces. A Zurich, un règlement prévoit de laisser au magasin les emballages superflus.

Vendredi, les consommateurs étaient aussi invités à signer pétition pour demander à la grande surface de généraliser les ventes en vrac. Migros a par ailleurs lancé un programme de développement durable qui prévoit de fabriquer des emballages qui ménagent l'environnement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!