Actualisé 11.04.2011 à 17:09

ZurichEmbellie pour les jeunes diplômés

Grâce à la bonne situation économique, il est plus facile de trouver un emploi. Même les étudiants en philosophie ou en histoire peuvent respirer à l'aise.

von
Deborah Sutter/and
Pas de places dans les auditoires, mais les étudiants en trouvent une dans l'économie.

Pas de places dans les auditoires, mais les étudiants en trouvent une dans l'économie.

Alors qu'il était devenu presque impossible pour les jeunes diplômés, ces dernières années, de décrocher un emploi fixe, les temps sont redevenus meilleurs: «La situation s'est rétablie dans tous les domaines. Les entreprises créent de nouveaux emplois, en particulier pour les diplômés hautement qualifiés», explique la responsable du service de développement de carrière de l'EPFZ, Vanessa Hugo.

Même les diplômés en philosophie, bêtes noires des recruteurs, ont à l'heure actuelle de belles perspectives d'emploi. «Des voies d'accès parallèles sont à nouveau possibles, dit Natalie Breitenstein, coach de carrière à l'Université de Zurich. Les banques ou les compagnies d'assurance, lors de la crise, préféraient les personnes dont le profil correspondait à 100% aux exigences du poste. Comme les diplômés d'école de commerce. Mais maintenant que le marché se porte mieux, les licenciés en lettres ou en philosophie trouvent également chaussure à leur pied: «Cette évolution est perceptible chez les étudiants. Il y a encore quelques mois, ils étaient embarrassés quand ils venaient me voir. Aujourd'hui, ils semblent confiants et détendus.»

Pour d'autres domaines sensibles à la crise, la situation actuelle sur le marché du travail est également bonne. Par exemple pour les architectes: maintenant que les financements sont disponibles et que la construction va fort, les cabinets d'architectes peuvent embaucher des gens», explique Markus Diem, directeur des services aux étudiants à l'Université de Bâle.

En Suisse romande, la situation semble moins florissante. A l'Université de Lausanne, si on reconnaît l'embellie économique, on attend encore que celle-ci se matérialise dans une augmentation des offres d'emploi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!