Genève: Emeutes de décembre 2015: nouveau condamné
Actualisé

GenèveEmeutes de décembre 2015: nouveau condamné

Un Genevois a été reconnu coupable d'avoir participé à deux manifestations ayant dégénéré en violences et déprédations. Il écope du sursis.

par
mpo
La manifestation de décembre 2015 s'était soldée par des déprédations importantes sur la façade du Grand Théâtre

La manifestation de décembre 2015 s'était soldée par des déprédations importantes sur la façade du Grand Théâtre

Keystone/Salvatore di Nolfi

Une nouvelle condamnation à la suite des rassemblements non autorisés d'octobre 2014 et de décembre 2015 est tombée. Le coupable, un jeune homme d'une vingtaine d'années, a écopé de 180 jours-amende avec un sursis de 3 ans.

L'enquête menée par la police a permis de déterminer la présence de l'accusé à la manifestation d'octobre 2014. L'homme y avait physiquement affronté la police rapporte l'ordonnance pénale de juillet 2017. Des images de vidéosurveillance avaient par ailleurs permis de confirmer sa participation au rassemblement de décembre 2015 durant lequel le Grand Théâtre avait été maculé d'huile de vidange.

Interrogé par la police, il avait avoué s'être trouvé mêlé à ces deux épisodes de violences urbaines. Identifié dans le groupe des Black blocs en octobre 2014, Il a affirmé ne pas les connaître personnellement et nié faire partie de leur organisation. Le jeune homme a déclaré qu'il avait affronté les policiers pour aider un manifestant qui était pris à partie par les forces de l'ordre. Pour ce qui est des émeutes de décembre 2015, le manifestant dit avoir été dégoûté par les attaques du Grand Théâtre et avoir voulu calmer les manifestants, sans succès.

Plaignant dans l'affaire, le député indépendant Eric Stauffer, dont le commerce a été pillé lors des émeutes, n'est guère satisfait de cette décision de justice: «C'est hallucinant que le coupable ne soit pas condamné à payer les dégâts occasionnés à des établissements privés comme le mien, mais surtout ceux causés à l'Etat. Je rappelle que le Grand Théâtre, par exemple, a été souillé par les manifestants.» L'élu, qui qualifie la justice genevoise de «laxiste», entend poursuivre au civil l'homme récemment condamné, pour obtenir des dédommagements. Eric Stauffer les estime à plusieurs dizaines de milliers de francs, en prenant en compte le «pillage» de son magasin ainsi que le manque à gagner qui en a résulté.

Ton opinion