Insolite: Eminem victime collatérale du coronavirus
Actualisé

InsoliteEminem victime collatérale du coronavirus

Une bête faute dans un tweet d'un sénateur américain a mis le rappeur dans l'embarras. Explications.

par
jde
Eminem a publié le disque «Music to Be Murdered By» en janvier 2020.

Eminem a publié le disque «Music to Be Murdered By» en janvier 2020.

AFP

Sur Twitter, on ne compte plus les publications de personnes qui se réjouissent de l'arrivée du nouvel album d'Eminem, intitulé «Marshall Law». Qu'on se le dise, celui-ci n'existe pas.

La Toile s'est emballée après une faute de l'un des sénateurs de la Floride, Marco Rubio. Ce dernier a gaffé lorsqu'il a démenti que la loi martiale serait instaurée aux États Unis pour faire face à la crise du coronavirus. Au lieu d'écrire «martial law» (loi martiale), il a écrit «marshall law» (loi marshall). Il n'en fallait pas plus pour que le hashtag #marshalllaw soit lancé, devienne viral et donne naissance à la rumeur d'un album d'Eminem, de son vrai nom Marshall Bruce Mathers.

Face à l'énorme attente que le hashtag a provoqué chez ses fans, le rappeur de 47 ans n'a pas eu d'autre choix que d'affirmer qu'il n'existait rien autour de «Marshall Law». Dans le même temps, détail qui ne manque pas de piquant, Marco Rubio s'est excusé pour sa faute de frappe, tout en glissant volontairement une nouvelle erreur dans son message.

Ton opinion