Emma Mackey: de «Sex Education» à «Eiffel»
Publié

CinémaEmma Mackey pro des triangles amoureux

L’interprète de Maeve dans «Sex Education» change totalement de registre dans le film «Eiffel», où elle a été très complice avec Romain Duris.

par
Marine Guillain

Nous avons fait un Zoom avec Emma Mackey qui présentait «Eiffel» au Festival d’Angoulême, en septembre dernier.

Un mois après la sortie de la saison 3 de «Sex Education» sur Netflix, l’actrice franco-britannique de 25 ans Emma Mackey débarque sur grand écran dans «Eiffel» (notre critique en ligne dès mercredi 13 octobre), premier biopic sur le célèbre ingénieur. Elle joue l’amour de jeunesse de Gustave Eiffel, incarné par Romain Duris.

Le public va vous voir passer d’une ado anglaise rebelle à une Parisienne bourgeoise: c’est le grand écart!

Oui c’est cool, c’est très très différent! J’avais un besoin de faire du cinéma en France, c’était un retour à ma terre natale. Je passais la semaine à jouer Maeve et le week-end j’allais à Paris pour jouer Adrienne. J’ai adoré!

Justement, ce n’était pas trop dur de passer de l’une à l’autre, on ne s’embrouille pas trop?

Non, car j’étais préparée! J’ai eu trois mois de préparation en amont pour «Eiffel», on a fait des lectures, des essais costumes… donc le tournage a été fluide.

Adrienne, femme moderne?

Oui, justement l’idée du film est de sortir des carcans et des codes des films d’époque. Adrienne a réellement existé, mais on n’a presque aucune information sur elle, donc j’ai eu beaucoup de liberté pour l’interpréter.

Comment avez-vous incarné l’amour et la passion avec Romain Duris?

On dit souvent que l’alchimie ne se force pas. On s’est très bien entendus dès le début, on a beaucoup communiqué et on était très complices, donc ce n’était pas difficile.

Et le triangle amoureux, complété par Pierre Deladonchamps, qui joue le mari d’Adrienne?

C’est une dimension importante de l’histoire. Pierre joue très bien le mari vulnérable, qui aime sa femme et qui a beaucoup donné pour elle. Il n’est pas juste un méchant.

Il y a aussi un triangle amoureux dans «SexEd»…

Oui! Dans la 3e saison, Maeve ne parle plus à Otis mais elle garde des sentiments pour lui, tout en s’entendant très bien avec son voisin, Isaac.

Si «SexEd» avait existé pour vous il y a 10 ans, ça aurait changé quoi?

Peu importe l’âge, je crois que cette série fait beaucoup de bien à beaucoup de gens car c’est franc, frais et direct. Ça rassure, on se sent moins seul, les gens se reconnaissent, ça ouvre des débats… J’aurais aimé avoir ça à 14-15 ans, ça m’aurait aidée à moins me mettre la pression!

Notre chronique «On s’mate quoi» sur la saison 3 de «Sex Education»

À quel point «SexEd» a changé votre vie?

Cela a ouvert beaucoup de portes! Netflix permet de toucher des spectateurs du monde entier. On m’a proposé «Eiffel» grâce à «SexEd», et j’ai trouvé magique qu’on puisse vouloir de moi dans un rôle si différent!

Quelques mots encore sur votre rôle dans «Mort sur le Nil», de Kenneth Branagh, qui va sortir en 2022?

C’est un triangle amoureux, encore! Je joue une femme à très fort caractère, follement amoureuse de son homme, et qui se fait trahir. C’est un huis clos tiré du livre d’Agatha Christie. J’adore les huis clos car ça fait ressortir toutes sortes de choses.

Ton opinion

1 commentaire