Démission du pape: Emotion et surprise autour du monde
Actualisé

Démission du papeEmotion et surprise autour du monde

Benoît XVI a annoncé sa démission pour le 28 février prochain. Il dit n'avoir plus la force de diriger l'Eglise en raison de son âge.

«Le pape a annoncé qu'il renoncera à son ministère à 20h (19h GMT), le 28 février. Commencera alors la période de sede vacante», a précisé le père Federico Lombardi, dans une annonce sans précédent dans l'histoire moderne de l'Eglise catholique.

«Je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer de façon adéquate le ministère» de pape et évêque de Rome, a dit Benoît XVI, âgé de 85 ans, dans son annonce en latin traduite ensuite par le Vatican.

Le pape a souligné que «dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Evangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire». Cette vigueur s'est «amoindrie ces derniers mois en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié», a ajouté le pape.

Démission évoquée en 2010

Dans un livre interview en 2010, le pape avait évoqué la possibilité de sa démission, au cas où il ne se serait plus senti en état de continuer. Unique précédent dans l'histoire de l'Eglise, Célestin V avait abdiqué de sa fonction avant d'avoir été sacré, en 1294. Il avait vécu en ermite jusqu'à sa désignation comme pape, et ne se sentait pas prêt à assumer ce rôle dans l'Eglise.

Pour exprimer sa surprise, le doyen des cardinaux, Mgr Angelo Sodano, a parlé de «coup de tonnerre dans un ciel serein».

Réactions autour du monde

De nombreuses voix dans le monde ont exprimé du «respect» pour une décision jugée «courageuse» à l'annonce par le pape Benoît XVI de sa prochaine démission en raison de son âge avancé.

La chancelière Angela Merkel a été l'un des premiers dirigeants à réagir, exprimant son «plus grand respect» à l'égard du chef de l'Eglise catholique, d'origine allemande.

«Quand il a été élu pape il y a huit ans, nous étions fiers de notre compatriote en Allemagne, le premier depuis un siècle dans les fonctions de pape», a souligné Mme Merkel, à propos de Benoît XVI, né Joseph Ratzinger en 1927 en Bavière (sud de l'Allemagne).

Il l'avait envisagé depuis plusieurs mois déjà

Le frère du pape, Mgr Georg Ratzinger, a confié à l'AFP savoir «depuis plusieurs mois» que Benoît XVI envisageait de renoncer à son pontificat. Cette décision est «juste» et il est «globalement positif» que le pape passe la main à quelqu'un de plus jeune, a-t-il jugé.

Le président américain Barack Obama a offert ses «remerciements» et ses «prières» au pape Benoît XVI de la part des Américains, évoquant le «rôle crucial» de l'Eglise catholique aux Etats-Unis et dans le monde.

Le Premier ministre britannique David Cameron a estimé que Benoît XVI allait manquer «en tant que chef spirituel à des millions de gens» et lui a adressé ses «meilleurs voeux».

Décision «respectable» selon Paris

Conforme à la laïcité des institutions françaises, le président François Hollande a qualifié d'«éminemment respectable» la décision du pape, soulignant qu'elle appartenait «d'abord à l'Eglise».

Le chef de l'Etat italien, Giorgio Napolitano, a jugé que le chef de l'Église catholique avait fait preuve d'«un extraordinaire courage» et d'«un extraordinaire sens des responsabilités».

La conférence nationale des évêques du Brésil, le plus grand pays catholique du monde, a souligné dans un communiqué «l'humilité et la grandeur» de Benoît XVI qui entrera, selon elle, dans l'histoire comme ayant été le «pape de l'amour».

Il montre «à l'Eglise et au monde entier un exemple d'esprit de service», a réagi l'archevêque de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr.

Le secrétaire de l'épiscopat de Pologne -pays du prédécesseur de Benoît XVI, Jean Paul II-, Mgr Wojciech Polak, a de son côté parlé de «grande surprise pour nous tous».

Le chef de l'Eglise catholique française, Mgr André Vingt-Trois, tout comme le président de la Conférence épiscopale portugaise, Mgr José Policarpo, ont salué la lucidité du souverain pontife et un «acte courageux».

Le pape a aidé à lutter contre l'antisémitisme, selon le Grand rabbin d'Israël

Le Grand rabbin ashkénaze d'Israël, Yona Metzger, a jugé que Benoît XVI avait amélioré les relations entre le christianisme et le judaïsme, contribuant à «une diminution des actes antisémites dans le monde». Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a lui aussi souligné l'«engagement profond du pape Benoît XVI en faveur du dialogue entre les religions».

De son côté, le président israélien Shimon Peres, qui s'est déclaré «attristé», a mis en avant «la profondeur d'un grand penseur», et le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a confié avoir accueilli la nouvelle «avec beaucoup d'émotion» et son «plus grand respect».

«Il a compris que la négation de l'Holocauste par des responsables de l'Église ne devait pas rester sans réponse et s'est élevé contre ça», a-t-il souligné. Benoît XVI avait reconnu une erreur après avoir levé l'excommunication de quatre évêques intégristes dont un négationniste, Richard Williamson.

Les catholiques traditionalistes de la Fraternité Saint-Pie X ont, quant à eux, exprimé leur «gratitude pour la force et la constance» dont a fait preuve à leur égard le pape qui n'a eu de cesse de vouloir les réintégrer dans le giron de l'Eglise catholique.

Pas de changements radicaux, selon l'Eglise orthodoxe

L'Église orthodoxe russe affirmait ne pas s'attendre à «des changements radicaux dans la politique du Vatican ou de son attitude envers les Églises orthodoxes», tandis que son son homologue serbe préférait saluer «l'intégrité spirituelle» et les «compétences théologiques» de Benoït XVI. Quant au chef spirituel des orthodoxes, le patriarche oecuménique Mgr Bartholomée 1er, il a salué un «ami» de l'Eglise d'Orient.

Le chef spirituel des Anglicans, Justin Welby, a déclaré avoir «le coeur lourd» après l'annonce de cette démission qu'il comprend «totalement», soulignant «la dignité», la «clairvoyance» et le «courage» dont a fait preuve le pape au cours de son pontificat.

Voix discordantes

Quelques voix discordantes se sont aussi fait entendre, comme celle de John Kelly, du groupe Survivors of Child Abuse, l'une des associations représentant les enfants victimes d'actes de pédophilie en Irlande : «Ce pape a eu une grande occasion de s'atteler à des décennies de sévices sexuels dans l'Eglise catholique, il a promis beaucoup de choses, mais finalement il n'a rien fait».

La plus ancienne association de défense des homosexuels au monde, l'association néerlandaise COC, a affirmé : «nous ne sommes pas attristés», souhaitant que «le nouveau pape fasse preuve de plus de bonté que lui envers les LGBT», lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels.

Le prêtre et poète progressiste nicaraguayen Ernesto Cardenal, pilier de la Théologie de la Libération en Amérique latine, s'est «réjoui» de l'annonce de la décision du pape .«J'ignore pourquoi il démissionne (mais) je me réjouis de son départ», a déclaré l'un des principaux chantres du mouvement social issu de l'Eglise catholique, teinté de marxisme et qui s'est propagé en Amérique latine dans les années 70. (afp)

Ton opinion