Actualisé 19.01.2010 à 18:31

Justice

Employé de la caisse de chômage, il se versait des indemnités

Un ex-employé de la caisse cantonale de chômage de Genève a comparu mardi devant le Tribunal de police pour détournement de fonds.

Le prévenu s'octroyait indûment des indemnités de chômage. Le manège a duré un an et demi et le préjudice se monte à 100 000 francs.

L'accusé a notamment dépensé cet argent en voitures, pour ses vacances et pour financer sa fête de mariage. Les détournements ont commencé en 2008 et se sont poursuivis, mois après mois, jusqu'en mai 2009, et la découverte des malversations par le service interne de contrôle de la caisse cantonale de chômage.

Rien de compliqué

L'ex-employé, qui regrette aujourd'hui ses actes, a profité des failles du système informatique sur lequel il travaillait. Ancien chômeur, il a réactivé son droit aux indemnités grâce au dossier à son nom qui se trouvait dans les archives. «Il suffisait d'appuyer sur la touche «enter»», a-t-il déclaré devant le tribunal.

«Je n'ai pas réfléchi aux conséquences», a-t-il ajouté. Le prévenu a avoué qu'il aurait sûrement continué ses détournements si ceux-ci n'avaient pas été découverts. Aujourd'hui, le fonctionnaire indélicat est à la recherche d'un emploi. «J'ai fait une demande pour toucher le chômage», a-t-il précisé.

Un lourd passé

La présidente du Tribunal de police a exprimé ses doutes sur les chances de l'accusé de trouver un travail. Au début des années nonante, l'homme avait déjà été licencié pour escroquerie par la banque pour laquelle il travaillait. Il avait ensuite été mis à la porte d'une autre banque après avoir commis des malversations.

Xavier-Marcel Copt, l'avocat de l'accusé, a demandé au Tribunal de police d'infliger une peine avec sursis à son client. Pierre De Preux, l'avocat de la partie civile, a pour sa part souligné la gravité des actes de l'ex-fonctionnaire et le climat de méfiance qui s'est instauré depuis à la caisse de chômage.

Peu avant cette affaire, la caisse de chômage du canton de Genève avait été secouée par un autre scandale. Un cadre avait réussi à détourner près de 800 000 francs. Il gonflait les indemnités versées à certains chômeurs et récupérait après coup une partie de l'argent auprès des bénéficiaires de ses faveurs.

Le Tribunal de police rendra son verdict ultérieurement.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!