Neuchâtel: Employés communaux pas encore obligés de souffler

Actualisé

NeuchâtelEmployés communaux pas encore obligés de souffler

Val-de-Ruz ne va pas appliquer tout de suite son projet de contrôles inopinés d'alcoolémie. Le syndicat SSP dénonce le flou de cet arrêté.

par
ats/mkm

La commune suspend l'application de son texte prévoyant de faire souffler ses salariés dans le ballon. Le Conseil communal attend une prise de position de la part du préposé à la protection des données et à la transparence, après examen du dossier. Une fois en possession de cet avis, l'Exécutif évaluera les suites qu'il conviendra de donner à ce sujet, a-t-il indiqué hier. L'arrêté, adopté le 4 mai, prévoit des tests conduits par les responsables des ressources humaines en présence des chefs de dicastère. En cas de résultat positif, une prise de sang à l'hôpital est prévue.

L'idée a suscité des réactions au sein du personnel et du Syndicat des services publics. «Nous ne sommes pas opposés à ces contrôles. C'est quelque chose de déjà inscrit dans la loi, il n'y avait pas besoin d'en faire un arrêté», estime Yasmina Produit, secrétaire régionale du SSP-VPOD Neuchâtel.

«Tel qu'il est conçu, ce texte pose différents problèmes à nos yeux. D'abord, quelles catégories de travailleurs seront visées et avec quel taux limite? Car les responsabilités sont différentes entre un chauffeur, une personne qui manipule des produits dangereux ou une personne chargée du secrétariat. De plus, il y a un problème avec la personne qui fera le contrôle. Je ne suis pas certaine qu'un membre des ressources humaines soit véritablement habilité à procéder à ce type de contrôle», souligne encore la syndicaliste.

Ton opinion