Actualisé 29.06.2020 à 18:12

Genève

Employés de XPO en grève contre la fermeture et les licenciements

L’entreprise avait bénéficié d’indemnités pour chômage technique en raison de la crise sanitaire. Une trentaine de personnes ont été remerciées. Choquées, elles font grève.

de
ATS/dra
Le site de XPO Logistics, ce lundi matin 29 juin 2020, à Satigny (GE)

Le site de XPO Logistics, ce lundi matin 29 juin 2020, à Satigny (GE)

dr

Les employés du site genevois de la multinationale XPO Logistics ont débuté lundi matin une grève d'ores et déjà reconduite au lendemain, pour s'opposer à la fermeture des locaux de Satigny (GE) et au licenciement collectif de l'ensemble des 32 salariés. Le syndicat Unia dénonce «le comportement choquant et méprisant» de l'entreprise, qui a bénéficié d'indemnités pour le chômage technique en raison de la crise de coronavirus. Il souligne en outre qu'un licenciement est considéré abusif «si l'employeur ne respecte pas la procédure de consultation prévue en cas de licenciement collectif».

Management «opaque»


La société XPO Logistics est arrivée à Genève en 2017 en reprenant en qualité de sous-traitant logistique de la société Fournil Romand (propriétaire des boulangeries Pouly), avec pour ambition de «devenir un acteur majeur du secteur en Suisse». Une centaine d’employé travaillaient alors sur le site de Satigny. Il n’en restait que la moitié, l’an passé. Depuis le début, il n’y a eu «aucun investissement considérable, aucun nouveau client, une opacité au niveau du management et surtout beaucoup de licenciements», déplore l'association de défense des travailleurs.

«Licencier à tout va»


En raison de la crise sanitaire, l'entreprise a mis l'ensemble du personnel du site au chômage technique, une mesure mise en place «pour protéger les places de travail, certainement pas pour éviter de payer des salaires pendant quelque mois et ensuite licencier à tout va», s'insurge Unia. En mai, le syndicat avait annoncé le licenciement en bloc des effectifs à Satigny, en raison vraisemblablement de la perte du seul client dont le logisticien disposait en Suisse romande.

Les indemnités de chômage technique versées aux entreprises, lors du semi-confinement, avaient pour but de préserver l'emploi. A moins que les employeurs n'annoncent au préalable des licenciements ou la fermeture d'un site, il n'y avait pas de raison de leur refuser ces aides. Le Canton indique cependant que vu le volume très important des demandes, leur urgence et le manque d'effectif pour tout vérifier en détails, certains employeurs ont pu abuser de la situation. Des contrôles ultérieurs pourraient avoir lieu.

Selon le syndicat Unia, XPO Logistics n'a pas fait état de licenciement et de la fermeture de son dépôt à Satigny, lorsque les mesures Covid sont entrées en vigueur, en mars dernier.

Sollicitée, l'entreprise a précisé par la voix d’un de ses porte-paroles que son personnel été informé officiellement le 4 mai 2020 de la décision de l’unique client de la société (ndlr: les boulangeries Pouly) «de mettre un terme à ses activités avec XPO sur le site de Satigny. Nous continuerons à payer nos employés jusqu'à la fin de leur préavis. »

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
19 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

audit Genève

30.06.2020 à 11:11

Les entreprises doivent surtout baisser les salaires de leurs cadres sups et de la direction pour survivre et supprimer tout bonus. L'Etat de Genève devrait imposer cela en primo condition pour octroyer une aide.

Mendrisiotto

30.06.2020 à 07:41

Vous vous attendez à quoi, d'autres entreprises vont péter, ce n'est pas la dernière,

Claire Voyant

30.06.2020 à 04:44

Rien d'étonnant de la part de cette entreprise , que les clients volent clair et ne donnent plus de mandants à ces voyous. Je parle en connaissance de cause , merci Norbert Dantressangle