Actualisé 12.10.2016 à 16:54

Bâle-Campagne

Emprisonné pour recel d'antiquités

Un Suisse de 31 ans a été condamné mercredi à deux ans de prison avec sursis à Bâle-Campagne pour avoir revendu sur Internet des antiquités acquises illégalement.

photo: Keystone/Archives/photo d'illustration

L'homme, condamné à deux ans de prison avec sursis, écope également d'une peine pécuniaire de 180 jours-amende à 30 francs par jour. Le Tribunal pénal de Bâle-Campagne a fixé la période probatoire à deux ans. Enfin, le prévenu devra payer les frais de justice à hauteur de 100'000 francs. La Cour de première instance a largement suivi le réquisitoire du Ministère public.

Etudiant en droit au moment des faits

Lors de voyages en Turquie, en Serbie et en Autriche, l'accusé, alors étudiant en droit, avait acquis des pièces de monnaie grecques, romaines et byzantines, ainsi que des objets antiques tels que des pointes de flèches, des fibules et des bracelets. Il en a écoulé un nombre considérable sur des plates-formes de commerce en ligne, sur son propre site Internet, ainsi que par courrier électronique.

Les paiements arrivaient sur des comptes ouverts dans plusieurs banques en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Il possédait encore un compte en Turquie. Entre 2008 et 2012, ces ventes lui ont rapporté 637'000 francs.

Comportement narcissique

L'homme, qui a déclaré à la cour avoir développé une dépendance de collectionneur, s'est livré à sa passion sur les marchés gris et noir, a déclaré la présidente du tribunal dans les considérants. Par son comportement, il a arraché à leur environnement historique de nombreux biens culturels de grande valeur.

Il a déployé une énergie criminelle considérable pour mettre en place un réseau de distribution commerciale. Il a par ailleurs été prouvé que le bénéfice des ventes a été versé sur des comptes secrets et investi dans de nouveaux achats.

Narcissique

Circonstance aggravante, le prévenu, juriste de formation, s'est inquiété très tôt de la légalité de son activité et a contrevenu sciemment à la loi. Le tribunal constate chez lui une propension narcissique à placer son avis personnel au-dessus de la science ou des lois. Le syndrome d'Asperger diagnostiqué n'excuse nullement les délits commis.

Les accusations d'infraction à la loi sur le transfert de biens culturels ont en revanche été abandonnées. Celles-ci auraient été reprises si le prévenu n'avait pas été condamné pour les autres chefs d'accusation, a indiqué la présidente. La psychothérapie requise par le Ministère public n'a pas été prescrite, le prévenu s'étant distancé de sa vie antérieure.

14'300 pièces de monnaie saisies

L'homme, qui résidait près de Bâle, avait été arrêté en avril 2012. Les autorités étaient intervenues sur plainte du Service spécialisé en matière de transfert international des biens culturels de l'Office fédéral de la culture. Des perquisitions de domiciles et de coffres dans des banques en Suisse, en Allemagne et en Autriche avaient permis de saisir quelque 14'300 pièces de monnaie et 2500 objets antiques.

Aujourd'hui, le trentenaire vit retiré avec son épouse dans les montagnes, selon ses déclarations. Il gagne sa vie en vendant des cristaux sur Internet et comme manoeuvre. Le couple gagne moins de 1000 francs par mois. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!