Zurich: Emprisonnement à vie confirmé en 2e instance
Actualisé

ZurichEmprisonnement à vie confirmé en 2e instance

La justice zurichoise a confirmé mardi la peine d'un Kosovar de 62 ans qui avait tué en pleine rue son épouse et la responsable des services sociaux de Pfäffikon (ZH) en août 2011.

Le prévenu avait fait recours contre le jugement de première instance. Devant la Cour suprême du canton de Zurich, le prévenu, qui vit en Suisse depuis 1985, a reconnu avoir commis une grosse erreur. Mais il estime toutefois que ce n'est pas entièrement de sa faute. Il a demandé une réduction de sa peine afin d'avoir un peu d'espoir.

Il a agi comme «un robot», a déclaré le prévenu. Il a affirmé n'avoir jamais eu l'intention de tuer les deux femmes. Il n'a toutefois pas donné d'explication lorsque le juge lui a demandé pourquoi il avait pris un pistolet pour aller parler à son épouse le jour du double meurtre.

Le procureur a requis la confirmation du jugement de première instance. La défense a plaidé le meurtre avec une peine «appropriée».

Assassinats

En première instance en avril 2013, le tribunal de district de Pfäffikon a reconnu le prévenu coupable d'assassinats. Il a écopé d'une peine d'emprisonnement à vie. Les juges ont suivi le réquisitoire du procureur.

Dans son jugement, le tribunal de district a souligné que le prévenu a agi par soif de vengeance. L'épouse a été punie parce qu'elle voulait divorcer de son mari violent et la responsable des services sociaux parce qu'elle avait accordé trop peu d'argent au prévenu.

L'expertise psychiatrique présentée en première instance décrit le prévenu comme un patriarche despotique, qui tentait de contrôler sa femme et ses six enfants par des menaces et la violence. Plus les enfants gagnaient en indépendance, plus la situation devenait explosive.

Peine maximale demandée

Au cours du premier procès, les six enfants du prévenu ont aussi fait savoir par la voix de leur avocat qu'ils estiment que leur père mérite la peine maximale. La défense a quant à elle plaidé le meurtre.

Les faits remontent au 15 août 2011. Le prévenu a tiré sur son épouse, en pleine rue vers midi à Pfäffikon. La femme âgée de 52 ans, originaire du Kosovo elle aussi, est décédée malgré des tentatives de réanimation.

Le prévenu s'est ensuite dirigé vers la maison communale, à 150 mètres de là. Il a tiré sur la responsable des services sociaux de la ville, une Suissesse de 48 ans. Elle est décédée quelques heures plus tard. Elle avait un compagnon et deux enfants adultes.

Le prévenu était connu des services de police. Le 11 juillet 2011, les forces de l'ordre avaient dû intervenir à son domicile pour violence domestique. Le Kosovar s'était alors vu signifier une interdiction d'approcher et de contacter les membres de sa famille. (ats)

Ton opinion