Japon: Emu, Kerry encourage Obama à se rendre à Hiroshima
Actualisé

JaponEmu, Kerry encourage Obama à se rendre à Hiroshima

John Kerry a été le premier officiel américain de haut rang à visiter lundi le Musée du mémorial de la paix d'Hiroshima. Il l'a fait à l'occasion d'une réunion du G7.

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry s'est recueilli au musée du mémorial de la paix d'Hiroshima.

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry s'est recueilli au musée du mémorial de la paix d'Hiroshima.

photo: AFP

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7, dont l'Américain John Kerry, visitaient lundi le Musée du mémorial de la paix d'Hiroshima, en hommage aux victimes de la bombe atomique américaine qui a frappé la ville japonaise en 1945. Le secrétaire d'Etat américain est arrivé vers 11 heures locales (3 heures en Suisse) au musée et a débuté sa visite hautement symbolique et sans précédent, en compagnie de ses homologues des autres puissances du G7, ont constaté des journalistes.

Le chef de la diplomatie américaine est le tout premier responsable gouvernemental des Etats-Unis à être à Hiroshima depuis la Seconde Guerre mondiale et le premier bombardement atomique de l'histoire le 6 août 1945.

Interrogé dimanche soir pour savoir si John Kerry allait exprimer des regrets, un diplomate américain a répondu qu'il ne présenterait pas d'«excuses» formelles mais que le ministre, comme «tous les Américains et les Japonais, était rempli de tristesse».

Non-prolifération

Reçu lundi matin par l'hôte de la réunion du G7, son homologue japonais Fumio Kishida, John Kerry a une nouvelle fois exprimé l'«espoir que nous soyons en mesure de débarrasser le monde des armes de destruction massive».

L'administration de Barack Obama a l'ambition affichée depuis 2009 d'oeuvrer au désarmement et à la non-prolifération, jusqu'à parvenir à un «monde sans armes nucléaires».

John Kerry assiste depuis dimanche aux réunions des ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, Japon, Canada, France, Royaume-Uni, Italie, Allemagne) organisées cette année à Hiroshima, selon le souhait du Japon.

Placée sous haute sécurité, cette rencontre, prélude à une série de rendez-vous ministériels avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement fin mai au Japon, a abordé les grands sujets du moment: la question du terrorisme, les réfugiés et «toutes les situations de crise, la Syrie, la Libye et puis la menace de la Corée du Nord», selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion