Asile – En 2021, le nombre de «réfugiés problématiques» a baissé
Publié

AsileEn 2021, le nombre de «réfugiés problématiques» a baissé

Le Service de renseignement a découvert moins de personnes dangereuses parmi les demandeurs d’asile l’an dernier. Plus de 700 cas sur 14’500 ont été étudiés pour déterminer la dangerosité des requérants.

Lors de cas douteux, les services secrets interviennent et investiguent.

Lors de cas douteux, les services secrets interviennent et investiguent.

Corps des gardes-frontière de Genève (image d’illustration)

En 2021, notre pays a enregistré environ 14’500 demandes d’asile. Comme le veut la procédure, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a examiné 728 d'entre elles à la demande du Secrétariat d’État aux migrations (SEM) afin de déterminer si elles présentaient un potentiel de dangerosité.

Le SRC a recommandé le rejet d’une seule d’entre elles, comme l’explique la porte-parole Isabelle Graber dans le «Blick». Une baisse par rapport aux années précédentes. En 2020, le SRC avait recommandé le rejet de 12 demandes d’asile. En 2017, année record, elles étaient même 38, mais, à l’époque, plus de 6000 demandes avaient été examinées.

Pas d’explication sur le cas de 2021. En général, les demandeurs d’asile dont le refus est recommandé peuvent être des extrémistes islamistes, des membres d’une organisation terroriste ou d’autres extrémistes violents. Des criminels de guerre potentiels entrent également en ligne de compte.

Depuis 2010, les services secrets ont identifié au total 138 demandeurs d’asile comme un risque potentiel pour la sécurité. Le SRC est également sollicité pour les demandes de naturalisation. En 2021, 42’314 dossiers de naturalisation ont été scrutés. Le service a conseillé le rejet dans cinq cas.

(jbm)

Ton opinion