Agression en plein Paris: «En 2021, se faire frapper avec son bébé malade»
Publié

Agression en plein Paris«En 2021, se faire frapper avec son bébé malade»

Victime d'une violente agression par un voisin, une Parisienne qui rentrait de l'hôpital avec son nouveau-né a suscité l'émotion dans une publication Instagram. Le gouvernement a réagi.

«Nous sommes en 2021. Mardi 10 février, je me suis fait agresser par un voisin en revenant de l’hôpital avec mon bébé», introduit Amélie Challéat, une Parisienne qui a pris la plume sur Instagam pour raconter une soirée cauchemar. À l'origine de cette violence, un anecdotique différend concernant une place de stationnement.

Alors qu'elle revenait de l'hôpital avec son bébé «né extrême prématurée, fragile, qui a besoin d’examens réguliers et ne peut pas rester dans le froid», la jeune femme a pris la liberté de brièvement stationner devant l'entrée de l'immeuble. Sorti pour lui faire une réflexion, un homme, son agresseur, est entré dans une colère noire aboutissant à une violente escalade.

«Je lui ai dit de nous laisser tranquille, qu’on en avait que pour quelques minutes, qu’on revenait de l’hôpital, que j’avais appris la mort de ma mère la veille. Cet homme a voulu m’empêcher de rentrer chez moi avec mon bébé et m’a frappée au visage. Il m'a envoyé son poing, de toutes ses forces, au visage alors que je tenais la poussette de mon bébé. Je suis tombée par terre et j’ai perdu connaissance un bref instant», détaille-t-elle tout en précisant le profil de l'agresseur présumé, «un homme âgé, blanc, propriétaire et riche».

Le récit d’Amélie Challeat a eu des répercussions jusqu’au sommet de l’Etat.

Le récit d’Amélie Challeat a eu des répercussions jusqu’au sommet de l’Etat.

«Trouver une entente entre voisins»

Le conseil de la police à Amélie Challéat

Le compagnon d'Amélie Challéat est alors entré en scène pour la défendre. S'en sont suivies une empoignade entre les deux hommes puis une intervention de la police. Les deux hommes se sont retrouvés au commissariat. Fin de l'épisode cauchemardesque pour la soirée. Mais depuis cet épisode douloureux, Amélie Challéat a les plus grandes difficultés à porter plainte: «Aujourd’hui, nous sommes en 2021, une femme avec son bébé malade peut se faire frapper et ne peut pas porter plainte. Les policiers ont plutôt conseillé à Hamza (ndlr: son compagnon) de "trouver une entente entre voisins"».

Inadmissible pour la Parisienne, mère de deux enfants, qui a interpellé Emmanuel Macron, d'autres personnalités du gouvernement ainsi que la police sur son cas particulier. L'histoire d'Amélie a en tout cas touché de nombreuses femmes à travers la France. Une vague de soutiens est apparue sur les réseaux sociaux, les utilisateurs n'hésitant pas à relayer cette chronique.

Alertés, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa ont réagi sur Twitter en promettant notamment de recevoir la victime si elle le souhaitait et en lui assurant que sa plainte pourrait être enregistrée. La médiatisation de l’affaire et la mobilisation des réseaux sociaux semblent en tout cas avoir payé. Le Parisien relève qu’Amélie Challeat a fait savoir qu’elle avait obtenu «un rendez-vous pour porter plainte lundi» contre son voisin.

(th/cga/20 minutes)

Ton opinion