En ascenseur, sur magnet, à l'opéra, la pub est partout
Actualisé

En ascenseur, sur magnet, à l'opéra, la pub est partout

LAUSANNE – La publicité investit des lieux inattendus grâce aux médias et aux supports «tactiques».

A Lyon, la jeune société Publisens a créé le premier ascenseur publicitaire dans les immeubles de bureaux. Les annonceurs voient dans ce nouveau support un lieu captif et une audience d'actifs. A Lausanne, Grégory Berteloot, 32 ans, a lancé les magnets publicitaires. Il les dissémine sur le mobilier urbain ou les voitures. «Ils disparaissent très vite et finissent sur le frigidaire, où ils sont vus 25 fois par jour, soit 9000 contacts par an», confie-t-il. Les supports non conventionnels – gobelet de café, barres de télésiège, cartes postales, boîtes de pizza, Smart – s'appellent des médias «tactiques». Ils visent souvent un marché de niche. La publicité s'est aussi démocratisée. A Genève, l'opéra va accueillir sur scène des objets, du mobilier, et des vêtements griffés.

Les supports traditionnels se font aussi plus pointus. Ainsi, pour la première fois en Suisse, une campagne d'affichage est déclinée depuis hier en 122 sujets différents, répartis dans 13 régions du canton de Vaud sur plus de 600 emplacements d'affichage. C'est l'impression numérique qui a rendu possible cette opération originale du Parti libéral.

Giuseppe Melillo

Ton opinion