Pays-Bas: «En comparaison, l'anthrax ne fait pas peur»
Actualisé

Pays-Bas«En comparaison, l'anthrax ne fait pas peur»

Des chercheurs néerlandais ont créé un supervirus à base de virus isolés de la grippe porcine et aviaire. Certains experts craignent qu'il puisse servir à fabriquer une arme biologique.

par
Lorenz Hanselmann / ofu
Le virus de la grippe aviaire sous le mircroscope

Le virus de la grippe aviaire sous le mircroscope

Le virus de Ron Fouchier est fortement contagieux, mortel et pourrait ainsi éliminer des millions de personnes. C'est ce qu'ont démontré des tests en laboratoire. «Ce virus est aussi contagieux que le virus de la grippe ordinaire», explique le virologue néerlandais. A travers ces recherches, il souhaite préparer l'humanité à l'éventualité qu'un tel supervirus apparaisse dans la nature: «Nous savons maintenant quel vaccin nous devons développer.»

Experts sceptiques

Mais certains experts craignent que ce virus à haut risque puisse être détourné de son utilité primaire et servir à créer une arme biologique et de destruction massive. «En comparaison, l'anthrax ne fait pas peur», affirme le président du National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB), Paul Keim. «Je ne pourrais pas imaginer un virus plus horrible.»

Publication: oui ou non?

Il s'agit maintenant au NSABB de décider si Ron Fouchier peut publier sa recherche. Si c'est le cas, tout le monde pourrait reconstruire le supervirus, théoriquement du moins. «Ce n'est vraiment pas difficile, si l'on possède assez d'argent, un certain savoir-faire et un laboratoire moderne», confirme l'immunologue bernois Beda Stadler.

Selon l'expert en stratégie Albert Stahel, les Etats seraient susceptibles de s'intéresser à ce virus: «Chaque pays qui veut en éliminer un autre voudrait avoir ce supervirus.» Albert Stahel est lui aussi très sceptique en ce qui concerne la publication de la recherche. Même son de cloche chez Cédric Invernizzi, de l'Institut de la protection ABC, en Suisse: «Les chercheurs doivent bien réfléchir à ce qu'ils vont publier. Il est important qu'ils ne livrent pas une recette permettant de «recuisiner» ce virus.»

Ton opinion