Actualisé 13.10.2012 à 09:25

Eaux agitéesEn dépression, Ian Thorpe a pensé au suicide

Dans son autobiographie a paraître prochainement,le nageur australien Ian Thorpe, pas qualifié pour les JO de Londres, affirme avoir combattu la dépression et pensé au suicide.

Une déprime «écrasante» a parfois conduit Ian Thorpe à abuser de l'alcool et à penser au suicide.

Une déprime «écrasante» a parfois conduit Ian Thorpe à abuser de l'alcool et à penser au suicide.

L'Australien Ian Thorpe, cinq fois champion olympique, a passé des années à combattre la dépression, qui lui a fait penser au suicide, révèle-t-il dans une autobiographie. Une déprime «écrasante» l'a parfois conduit à abuser de l'alcool et à penser au suicide: «J'ai même envisagé des endroits précis, ou une façon précise, de me suicider, mais j'ai toujours reculé, en réalisant combien c'était ridicule», écrit-il.

«Aurais-je pu me suicider ? A la réflexion, je ne crois pas, mais il y a eu des jours dans ma vie qui encore aujourd'hui me font frissonner», dévoile-t-il dans ce livre intitulé «C'est moi: l'autobiographie» et dont le quotidien «Sydney Morning Herald» a publié samedi des extraits. Thorpe, 30 ans, met également les choses au point à propos des rumeurs qui courent sur ses préférences sexuelles en écrivant «pour mémoire, je ne suis pas gay» et en précisant qu'il espère fonder un jour une famille.

Il a caché son alcoolisme à son entourage

«Thorpedo», comme on l'a surnommé, n'a pas réussi à se qualifier pour les Jeux olympiques de Londres cet été. Il avait décidé de revenir à la compétition en février 2011 après avoir pris sa retraite sportive en novembre 2006, à 24 ans seulement, l'expliquant à l'époque par un manque de motivation. Il s'est préparé pour les JO au centre sportif de Tenero, au Tessin, sous la conduite du coach russe Guennadi Touretski.

«J'ai réalisé à quel point j'ai procuré de la joie aux autres en nageant: amis, famille, entraîneurs, public, les Australiens deviennent dingues quand on gagne des médailles d'or. Cela rendait les gens heureux, mais cela me donnait le cafard», écrit-il aujourd'hui. Boire «était la seule façon de trouver le sommeil», explique-t-il, mais l'alcool ne lui a toutefois jamais fait manquer une séance d'entraînement et il a réussi à cacher la vérité à ses entraîneurs et aux psychologues du sport.

Consultant apprécié pour la BBC aux Jeux de Londres, il compte cependant continuer à nager et représenter l'Australie aux Mondiaux-2013, conclut-il. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!