06.04.2020 à 16:42

Coronavirus en France

En grève de la faim tant qu'elle ne voit pas sa mère

Parce qu'elle craint pour la santé physique et psychique de sa maman, une Parisienne veut à tout prix lui rendre visite dans l'institution où elle réside.

de
joc

Les visites dans les EMS sont interdites depuis plusieurs semaines en Suisse. Et il en va de même en France, où les proches des personnes âgées résidant dans les Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) doivent rester à distance. Si cette séparation forcée est difficile à vivre pour tout le monde, elle se révèle être un véritable calvaire pour certains. C'est le cas de Sabrina, une Française domiciliée à Paris. Comme le rapporte BFM TV, celle-ci est prête à tout pour obtenir le droit de rendre visite à sa mère, une dame de 80 ans qui vit en Ehpad.

Elle est allée jusqu'à entamer une grève de la faim devant l'institution où réside sa maman et s'est adjoint les services d'un avocat. «Je suis complètement désespérée, j'ai demandé hier l'autorisation de voir ma maman et c'est non, strictement non», témoigne la Parisienne. Si Sabrina en est arrivée là, c'est principalement pour dénoncer les conditions dans lesquelles vit sa mère, confinée dans sa chambre depuis bientôt un mois. «Je n'ai pas mis ma maman à l'Ehpad pour qu'elle soit en taule, et pour qu'ils me privent d'elle et qu'ils la privent de ses libertés individuelles et fondamentales», s'indigne la Française, qui dit tout de même comprendre les mesures de restrictions mises en place.

«Ma maman est en détresse majeure physique, psychique»

La Parisienne craint pour la santé, et le moral, de sa mère. Handicapée moteur, la vieille dame a en effet besoin de séances de physiothérapie. Mais, confinement oblige, ces rendez-vous ne peuvent plus avoir lieu. «Si on ne la mobilise pas, elle ne pourra plus se déplacer, elle ne pourra plus marcher. Ma maman est en détresse majeure, physique, psychique. Elle va sortir de ce confinement, ça va être un légume», s'emporte Sabrina. La Française a prévenu qu'elle reviendrait tous les jours devant l'Ehpad, jusqu'à obtenir gain de cause. Pour l'heure, l'établissement s'en tient aux mesures décrétées par l'Etat.

Les autorités françaises craignent une véritable hécatombe dans les établissements pour personnes âgées. Premiers à se confiner, ils ont fonctionné pendant deux semaines à huis clos. À Mougins par exemple, 29 résidents sur les 110 qu'abrite l'établissement sont décédés depuis le 20 mars. «De jour en jour, le nombre de personnes touchées a augmenté, ainsi que le nombre de morts. (…) C'est quelque chose d'apocalyptique», témoigne dans «La Provence» Richard Gala, médecin et maire de cette commune située au-dessus de Cannes.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!