Actualisé 11.11.2008 à 11:31

Fonction publique vaudoise

En grève pour faire plier le Conseil d'Etat

Les employés de l'Etat de Vaud se plaignent toujours de la nouvelle grille salariale, le Decfo/Sysrem. Du CHUV aux établissements scolaires, entre débrayage et manifestations, la mobilisation se durcit.

de
Didier Bender

A l'appel du Syndicat des services publics (SSP) et de la Fédération syndicale SUD, la fonction publique va descendre dans la rue. Dès 17h sur la Place St-François à Lausanne, un grand rassemblement mettra un point final à une journée complète de débrayage et de manifestations.

Qui fait grève?

Gymnases, CHUV, Bâtiment administratif de la Pontaise et personnel administratif de la HEP continuent de participer au mouvement. D'autres secteurs ont rejoint les mécontents, comme l'Université de Lausanne ou encore le Service des autos. Près de 4000 employés de la fonction publique, sur 26000 contrats ne seraient toujours pas satisfaits de leur nouvelle grille salariale, selon Le Matin Bleu.

Que réclament les grévistes? Ils réclament des négociations sectorielles, avec des reclassifications de fonctions entières. Avec la nouvelle grille salariale, le SSP estime la perte financière, pour un maître de gymnase et sur l'ensemble de sa carrière, à 410'000 francs. 680 titulaires sont visés. Pour une secrétaire, suivant la classe dans laquelle elle se trouve aujourd'hui, la perte va de 1800 francs à 211'000 francs. Voilà deux exemples parmi d'autres. Certaines professions en revanche sortent gagnantes de Decfo/Sysrem.

A la suite des récentes mobilisations, certaines professions (infirmières spécialisées en bloc opératoire, techniciens en radiologie médicale, physiothérapeutes) ont obtenu une reclassification. Preuve que l'exécutif vaudois n'est pas complètement fermé à toutes négociations. Pour l'heure, le Conseil d'Etat vaudois a signé un accord avec un seul syndicat, la Fédération des sociétés de fonctionnaires.

Les 4 objectifs du mouvement de grève:

- salaire minimum à 4000 francs.

- revalorisation immédiate et inconditionnelle des fonctions «oubliées».

- fixation des salaires sans arbitraire (même poste, même formation, même ancienneté = même salaire).

- pas de perte de salaire pour les employé-e-s actuels.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!