23.06.2020 à 19:43

Afrique du Sud

«En le voyant, ça m’a vraiment coupé le souffle»

Une promeneuse et son mari ont fait une découverte rare, au début du mois sur une plage de la baie de Britannia: une carcasse intacte de calmar géant gisait devant eux.

de
joc

Elle n’est pas près d’oublier cette impressionnante rencontre. Le 7 juin, Adéle Grosse se promenait avec son mari dans la baie de Britannia (160 km au nord du Cap) quand elle a découvert un calmar géant totalement intact échoué sur la plage de Golden Mile. Une apparition rare: cet animal n’a été filmé pour la première fois dans son habitat naturel qu’il y a sept ans. «En le voyant au début, ça m’a vraiment coupé le souffle. Honnêtement, on aurait dit un majestueux animal préhistorique», raconte la Sud-Africaine à Live Science.

Les calmars géants, qui vivent généralement de 600 à 900 mètres sous la surface de l’eau, ne se montrent que très rarement. Et lorsqu’ils viennent s’échouer sur les plages, leurs carcasses ne sont quasi jamais intactes, explique Michael Vecchione, zoologiste spécialiste des invertébrés au Musée national d’histoire naturelle du Smithsonian. Jamais un calmar géant n’a été capturé vivant.

Causes de la mort incertaines

Selon les estimations d’Adéle Grosse, l’animal en question mesurait environ quatre mètres de long et pesait environ 300 kilos, ce qui en fait un «petit» spécimen: les calmars géants femelles peuvent mesurer jusqu’à 18 mètres du sommet de la tête à l’extrémité des tentacules.

La Sud-Africaine a des doutes concernant les causes de la mort de l’animal. «La houle était forte la nuit précédente. J’imagine qu’elle a emporté ce magnifique calmar sur la plage aux petites heures du matin. Nous avons cherché des marques de morsures ou des blessures, mais n’avons rien trouvé», explique-t-elle. Adéle Grosse a pris contact avec un spécialiste des invertébrés marins, qui prévoit d’analyser l’ADN de l’animal.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!