Actualisé 09.12.2018 à 21:46

Hippisme

«En m'accrochant, je risquais de nous renverser»

Héros malheureux du bêtisier 2018 de CHI de Genève, le groom Pierre Emonet est revenu sur sa chute qui a coûté une place en finale de la Coupe du monde d'attelage.

de
Oliver Dufour, Genève

Les courses d'attelages dans le cadre du plus grand concours hippique indoor du monde sont rarement banales. On a encore pu le vérifier dimanche avec la chute du groom valaisan Pierre Emonet, équipier du meneur Jérôme Voutaz. Alors que leur attelage était bien parti pour se qualifier pour la finale à trois concurrents, lors de la première manche, Emonet a chuté au moment du premier passage dans le petit lac intégré au parcours.

Le résultat a été une pénalité de 5 secondes qui a privé l'équipe valaisanne d'une place sur le podium final pour... 61 centièmes! Un coup dur pour Pierre Emonet, qui a néanmoins vécu ce moment de solitude avec beaucoup de dignité, recevant même une ovation de la part du public au moment où il est parvenu à remonter à bord de sa voiture.

«Les chevaux sont repartis vite et j'ai volé»

«C'est dur pour l'ego, qui en prend un coup! Passer à la télé comme ça...», a soupiré le malheureux groom au terme de l'épreuve. «A un moment donné le char s'arrête. Puis les chevaux sont repartis très rapidement devant et j'ai volé par dessus le char. Et si je m'y accroche, on risque encore de le renverser», a décrit le groom, dont la courte interview est disponible en vidéo ci-dessus.

Pour sa part, Jérôme Voutaz a pris l'incident avec beaucoup de philosophie. Il s'est même permis de désamorcer la situation en réclamant une bouteille d'eau avant le début de sa conférence de presse. «Mon groom est humide, a souri le garagiste de Sembrancher. Sur le moment, je n'ai même pas vu qu'il était tombé, mais j'ai entendu le public et je me suis dit "oh la la". Après je l'ai recroisé une ou deux fois en route. Mais j'ai continué, parce qu'il n'avait qu'à se tenir (rire)! Je ne connaissais pas trop le règlement, parce que je n'avais jamais vu ça en indoor. Alors je me suis dit qu'on ne lâchait rien et qu'on verrait après.»

Mission finale de Coupe du monde

Voutaz s'est ensuite montré très magnanime avec son malheureux équipier. «On est tous des amateurs et je ne peux pas trop lui en vouloir. Parfois c'est moi qui fait des erreurs, parfois ce sont les grooms. Ma foi, Pierre remplit le bêtisier!», a-t-il souri. Le Valaisan de 39 ans a même tenu à saluer les concepteurs du parcours. «C'était le plus fluide et coulant que j'aie fait ici. Je tiens à féliciter les constructeurs, parce qu'on n'a jamais eu besoin d'utiliser le fouet, ce qui n'est jamais agréable. Et tout le monde a joué le jeu.»

Jérôme Voutaz, actuellement 3e ex-aequo de la Coupe du monde d'attelage, espère obtenir un bon résultat à la fin de l'année lors de la manche disputée à Malines (Bel). S'il se maintient parmi les six premiers du classement, il aura le droit de participer à la finale de février à Bordeaux.

Pierre Emonet a été catapulté dans le lac

Lors de la manche de Coupe du monde d'attelage disputée au CHI de Genève, le groom de Jérôme Voutaz a été projeté dans le petit lac de Palexpo.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!