Automobile: En piste avec les bolides de James Bond

Actualisé

AutomobileEn piste avec les bolides de James Bond

La vie de 007 est jalonnée de voitures qui ont acquis une dimension légendaire. Les fans de carrosserie trépignent, à la veille de la sortie du 23e film de la saga.

par
Denis Berche/Emmanuel Coissy

Où que ce soit dans le monde, la projection du nouvel épisode des aventures du célèbre espion débutera samedi 27 octobre, sept minutes après minuit (0.07). Dans le sillage de cet événement international, le livre «James Bond, 101 voitures de lé­gende» vient de paraître. Comble de l'ironie, la mythologie bâtie autour de ce personnage par le grand public retient parfois davantage les grosses cylindrées qu'il a conduites que les acteurs qui l'ont campé ou les belles filles qu'il a enlacées.

Ainsi, en Suisse comme ailleurs, des cinéphiles, ou plutôt des amateurs d'automobiles, assisteront au spectacle pour admirer des bagnoles. En effet au cinéma, depuis «Goldfinger», 007 aime les Aston Martin, comme dans les romans de Ian Fleming. «Skyfall» ne déroge pas à la tradition. Au même titre que le champagne Bollinger et les montres Omega, le constructeur ne souhaite évoquer ni le coût de ce placement de produit ni les retombées induites. Pour l'anecdote, en 1964 les producteurs de «Goldfinger» avaient dû convaincre la firme britannique d'y faire figurer sa nouvelle DB5. Elle reviendra moult fois, au fil des décennies.

Bond, infidèle au volant comme en amour, a roulé en BMW, en Maserati, en Alfa Romeo et autres Jaguar. Souvent empreints d'un style rétro, les engins qui figurent à l'écran reflètent l'époque du tournage. Lotus et Ferrari anguleuses dans les années 1980 et petits bolides carénés plus tard. Aujourd'hui que la mode est au rétro dans le monde du design, c'est l'antique DB5 qui rempile, avec une courte apparition d'un véhicule récent. Histoire de plaire un peu à tout le monde?

3 questions à un cinéphile fan de bolides

Comme de nombreux amateurs de voitures, le Genevois Xavier Werner, âgé de 26 ans et journaliste spécialisé dans ce domaine, ira voir le film samedi.

– Pourquoi appréciez-vous les James Bond?

– Pour leur esthétique: les beaux acteurs et les décors. Mais essentiellement pour les voitures.

– N'est-ce pas étrange d'aller au cinéma pour voir des autos?

– L'intrigue doit aussi tenir la route. Mais c'est l'occasion d'admirer des voitures inaccessibles, bourrées de gadgets technologiques, des courses-poursuites spectaculaires et des nouveautés.

– Alors sans innovations dans «Skyfall», vous seriez déçu?

– Oui, un peu. Revoir des modèles anciens, c'est comme de revoir d'anciennes James Bond girls! Il paraît que, dans «Skyfall», il n'y a aucune nouvelle Aston Martin. Ça aurait été génial qu'on puisse y voir, par exemple, le modèle One 77, une édition ultrarare.

Ton opinion