Actualisé

Bilan 2008En pleine expansion, Tamedia défie la crise

Le groupe de médias zurichois Tamedia qui édite notamment le 20 minutes et qui a récemment racheté les activités suisses d'Edipresse, a vu son bénéfice net fondre de près de 30% en 2007, à 105,8 millions de francs.

L'éditeur zurichois Tamedia, qui a récemment racheté les activités suisses d'Edipresse, a vu son bénéfice net fondre de près de 30% en 2008, à 105,8 millions de francs. Les responsables du groupe, qui misent de plus en plus sur internet, sont satisfaits.

«Nous avons enregistré l'un des meilleurs résultats de l'histoire de Tamedia», a indiqué son directeur Martin Kall mercredi devant les médias à Zurich. Au niveau opérationnel, l'EBIT a baissé de 11% à 119,4 millions de francs. Les amortissements ont augmenté de 8,1 millions à 34,5 millions de francs.

Le chiffre d'affaires global a augmenté de 21% à 897,5 millions de francs. Cette hausse est essentiellement due à l'intégration du groupe bernois Espace Media, racheté par Tamedia à l'automne 2007, et à l'acquisition de 45% de homegate.ch. Le dividende par action passera de 4 francs en 2007 à 3 francs pour l'année dernière.

Restructurations attendues

Comme d'autres, l'éditeur zurichois a commencé en 2008 à ressentir les effets de la crise économique. Dès le second semestre, les recettes publicitaires ont chuté et cela continue, a déclaré M. Kall.

Tamedia a toutefois «bien réussi à supporter ce recul». Mais Martin Kall ne s'attend pas à une reprise des annonces avant l'automne 2010. C'est pourquoi le groupe procédera en 2009 à des restructurations afin d'abaisser ses coûts, a déclaré pour sa part le président de Tamedia Pietro Supino. Des postes seront supprimés.

Parmi les projets du groupe pour 2009, on relève la fusion des gratuits «20 Minutes» et «Le Matin bleu», pour autant que la Commission de la concurrence (Comco) l'approuve. En Suisse alémanique, le titre-phare du groupe, le quotidien zurichois «Tages- Anzeiger», sera remodelé. «Le Bund» de Berne perdra son indépendance et sera intégré dans le «Tages-Anzeiger» ou la «Berner Zeitung».

La fusion avec le groupe Espace Media doit être complètement terminée d'ici à la fin de l'année, afin que Tamedia puisse ensuite se concentrer sur celle avec Edipresse. Enfin, malgré la crise, Tamedia veut continuer à investir, en première ligne dans les sites internet.

2012: un quart du résultat dans l'online

Son but est de réaliser 25% de son résultat dans l'online d'ici à 2012. Après avoir lancé la nouvelle plateforme d'informations «Newsnetz», devenue en moins d'une année le 5e site le plus regardé outre-Sarine, et acquis des parts dans divers sites comme homegate.ch, Tamedia souhaite reprendre 75% de search.ch.

Pour atteindre son ambitieux objectif dans l'internet, l'éditeur ne veut pas rendre la consultation de ses sites payante, mais y attirer plus de publicité qu'aujourd'hui. Pour ce faire, il faut d'abord augmenter le nombre de visiteurs encore bien inférieur au nombre de lecteurs de «20 Minuten», a expliqué Martin Kall.

Selon Pietro Supino, Tamedia n'a pas l'intention de racheter d'autres éditeurs de presse durant les prochaines années. «Nous avons atteint nos limites en termes de finances et de personnel.» M. Supino n'exclut toutefois pas de saisir une éventuelle opportunité. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!