Publié

Vaud«En prison, sans robinet ni clope, ils pètent un câble»

Entre pannes et virus, les détenus de la prison de la Tuilière vivent dans des conditions spéciales. Leurs nerfs sont mis à rude épreuve.

par
Francesco Brienza
Keystone/Laurent Gillieron

En temps normal, les établissements pénitentiaires ne sont pas des havres de paix. Ajoutez-y des imprévus et la situation peut vite s'envenimer. Le frère d'une détenue de la prison de la Tuilière, à Lonay (VD), explique que la tension y est palpable depuis des semaines. En cause: la récente interdiction au public de déposer des colis au portail, à l'attention de leurs proches incarcérés. «A cause du virus, seule la Poste et ses concurrents sont autorisés à livrer des paquets, dit-il. C'est un comble, quand on sait qu'ils sont déjà débordés et souvent en retard!» Or, sans journaux et sans cigarettes, certains détenus seraient à deux doigts de craquer.

«Ça commence à faire beaucoup»

Une autre tuile s'ajoute à cela: depuis deux mois, l'eau courante est contaminée dans l'établissement. Fini, l'accès aux robinets. Bien que de l'eau en bouteille soit distribuée à volonté aux prisonniers, la situation est tendue. «Selon ma sœur, les gens sont nerveux, reprend notre source. J'ai peur qu'il y ait une mutinerie, comme à Genève. Déjà que les visites ont été stoppées, ça commence à faire beaucoup.»

Interrogé, le Service pénitentiaire (SPEN) confirme la nouvelle norme de livraison des paquets. Elle date du 2 avril et vise à protéger du covid-19 les collaborateurs et les détenus. «Aucune tension n'est toutefois remontée jusqu'à nos oreilles, conteste Marc Bertolazzi, son porte-parole. Nos équipes font tout pour accompagner les détenus dans cette période délicate. En outre, nous n'avons noté aucun retard dans l'acheminement par la poste du courrier et des paquets.»

Covid-19: La Poste croule sous les colis

Confinés, les gens se font livrer toutes sortes de denrées, alimentaires ou non. Conséquence, les centres de tri des paquets sont surchargés.

Rénovation totale à l'horizon

En ce qui concerne l'eau, des travaux urgents ont déjà été entrepris dans certains secteurs de la prison. Mais le SPEN précise que la santé des occupants des bâtiments n'a jamais été menacée. Une rénovation globale est par ailleurs planifiée. Un crédit de 17 millions de francs a été sollicité en mars dernier. Les travaux pourraient démarrer cette année et s'achever en 2022.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!