Actualisé 21.08.2008 à 20:06

MadridEn retard, ils ont évité la mort

Surbooking et manque de ponctualité ont sauvé la vie de trois passagers. Ils devaient voyager dans l'appareil qui s'est écrasé mercredi.

Trois petites minutes. C'est le temps qui a manqué à Hector et à sa petite amie pour rejoindre le guichet d'enregistrement du vol JK 5022 de Spanair à destination de Las Palmas. Intransigeant, le personnel n'a pas voulu faire d'exception. Un geste qui a sauvé la vie de ce couple espagnol.

Un autre passager potentiel, Rafael, est aussi arrivé à la dernière minute à l'enregistrement, mais il n'y avait plus de place pour lui dans l'avion. Là aussi, ce phénomène de surbooking lui a valu d'être toujours en vie aujourd'hui.

Les deux boîtes noires de l'avion MD-82 ont été retrouvées et sont apparemment exploitables, bien que l'une soit endommagée, a déclaré hier un responsable de Spanair. Le pilote de l'avion avait signalé lors d'une première tentative de décollage un problème sur une prise d'air, réglé selon les procédures normales par le personnel de Spanair.

Cet accident, le plus grave depuis vingt-cinq ans en Espagne et qui a fait 153 morts et 19 blessés, a bouleversé le monde. Les secouristes, cités dans les médias hier, ont fait état d'une multitude de corps carbonisés dans un décor apocalyptique.

Le Palais des Congrès de Madrid a été transformé en immense morgue, où les familles entamaient hier le difficile travail d'identification des corps. Le roi Juan Carlos et son épouse, la reine Sofia, sont venus à la mi-journée pour les soutenir.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!