Rail: En route vers la 3e voie Lausanne-Genève
Actualisé

RailEn route vers la 3e voie Lausanne-Genève

Vaud, Genève, Confédération et CFF: tous veulent développer le rail entre Lausanne et Genève. Ils ont signé lundi une convention «pionnière» qui donnera naissance à la troisième voie et à de nombreuses améliorations.

Après l'accord global de début avril à Prangins (VD) qui montrait le rapprochement des cantons de Vaud et Genève pour assurer le développement de l'Arc lémanique, place au premier élément concret. Réunis à la Maison de l'Elysée, tous les partenaires ont souligné le caractère exceptionnel de cette convention-cadre pour l'avenir de la liaison ferroviaire Lausanne - Genève aéroport. Les deux cantons mettent 300 millions de francs.

Pôle économique fort

Pascal Broulis et François Longchamp, présidents des gouvernements vaudois et genevois, Max Friedli, directeur de l'Office fédéral des transports (OFT), Andreas Meyer, directeur général des CFF ainsi que les conseillers d'Etat François Marthaler et Michèle Künzler ont pris la parole.

«L'espace lémanique est le deuxième pôle économique de Suisse, il surperforme», a déclaré Pascal Broulis. Pour «continuer à créer de la richesse», il faut assurer le développement de sa mobilité, aujourd'hui déjà saturée. Avec le préfinancement des cantons et la signature de la convention-cadre par la Confédération et les CFF, «on entre dans une ère nouvelle», a commenté le président vaudois.

Vision d'ensemble

La convention, qui voit à l'horizon 2030, veut doubler le nombre de places assises Lausanne-Genève (2020) et introduire la cadence à 15 minutes dans les RER vaudois et genevois. Elle distingue trois phases: le développement de l'offre grandes lignes et RER, le développement de l'offre RER et l'augmentation des cadences grandes lignes.

Elément capital, la convention prévoit dans un premier temps la réalisation de la quatrième voie Lausanne-Renens (mise en service 2018, préfinancement cantonal de 210 millions de francs). Elle s'attaque également aux points de croisement de Mies (VD) et Chambésy (GE) et à la voie de dépassement fret entre Coppet et Nyon (VD).

Troisième voie

Dans un deuxième temps, les trafics grandes lignes, RER et fret seront séparés. Viendront alors la réalisation de la troisième voie entre Renens et Allaman (VD) et l'augmentation des capacités de réseau à l'ouest de Genève. Enfin, la troisième phase prévoit de construire des tronçons à quatre voies et d'améliorer les conditions d'accès à Genève-Aéroport.

«La qualité de vie passe aussi par la qualité des transports», a relevé François Longchamp, en soulignant qu'aujourd'hui déjà des entreprises mettaient en évidence les problèmes de mobilité sur l'arc lémanique. «Il faut canaliser la mobilité en priorité sur le rail», a insisté Max Friedli, en saluant «l'engagement résolu» des cantons.

Signe positif

«C'est un signe positif en ces temps difficiles», selon le chef de l'OFT qui redoute «les centaines de millions de francs» qui risquent de manquer à l'avenir pour assurer l'entretien du réseau ferroviaire suisse. «Soit des fonds supplémentaires seront trouvés, soit la qualité pâtira», a déploré Max Friedli.

«C'est presque Noël», s'est exclamé Andreas Meyer. «C'est une première absolue» de voir deux cantons s'unir ainsi: «ils font figure de pionniers». La convention-cadre met «le client au centre», s'est-il félicité tout en se demandant cependant quand la Confédération comptait rembourser les cantons, au vu de ses propres difficultés financières.

Un vrai problème

Un préfinancement cantonal de tâches fédérales pose «un vrai problème», a reconnu Max Friedli interrogé par la presse. La planification doit être un ensemble, un concept fédéral. Mais s'il y a un problème à Zurich, les répercussions se font sentir jusqu'à Saint-Gall et Genève, a remarqué le directeur de l'OFT.

Le préfinancement n'est «pas un risque, mais une opportunité» pour les CFF, a répondu Andreas Meyer. Il faut «prendre en mains son destin», a poursuivi Pascal Broulis. Ce dernier a rappelé que huit cantons sont contributeurs à la péréquation helvétique et que deux sont latins: Vaud et Genève. Leur dynamisme contribue au bien commun. (ats)

Ton opinion