Football – Angleterre : «En s'arrêtant là, il aura les adieux qu'il mérite»
Actualisé

Football – Angleterre «En s'arrêtant là, il aura les adieux qu'il mérite»

Alex Ferguson, ancien grand rival d'Arsène Wenger, lorsque les deux s'affrontaient avec Manchester United et Arsenal, a rendu hommage à l'Alsacien sur le départ.

par
duf
Arsène Wenger (à gauche) et Sir Alex Ferguson (à droite) on très souvent croisé le fer sur la touche, comme ici en 2004.

Arsène Wenger (à gauche) et Sir Alex Ferguson (à droite) on très souvent croisé le fer sur la touche, comme ici en 2004.

Clive Mason

Depuis vendredi matin et l'annonce de la fin de l'aventure à Arsenal, cet été, pour Arsène Wenger, manager des Gunners durant 22 ans, les hommages rendus à l'Alsacien de 68 ans pour sa formidable carrière londonienne affluent de toute part. Entraîneurs, joueurs anciens et actuels, staff, supporters et journalistes, ils sont nombreux à tirer leur chapeau à «Monsieur Arsène».

L'un des témoignages les plus significatifs est sans doute celui de Sir Alex Ferguson. L'ex-entraîneur de Manchester United, dont la longévité à la tête des Red Devils fut encore plus impressionnante (27 saisons), s'est exprimé après avoir appris que son rival le plus féroce allait se retirer de son club londonien à la fin de la saison en cours.

«J'ai un immense respect pour lui et pour le travail qu'il a effectué à Arsenal. Le fait qu'il ait pu consacrer 22 ans de sa vie à un travail qu'il aime est grand témoignage de son talent, de son professionnalisme et de sa détermination», a commenté Ferguson. «Dans une ère où les managers de football ne durent parfois qu'une saison ou deux, ça montre bien quel genre d'accomplissement est le fait de durer aussi longtemps dans un club de l'importance d'Arsenal. Je suis content qu'il ait annoncé son départ à ce stade, comme ça il aura droit aux adieux qu'il mérite véritablement. Il est sans conteste l'un des plus grands managers de la Premier League et je suis fier d'avoir été un rival, un collègue et un ami pour un si grand homme», a conclu l'Ecossais de 76 ans.

D'autres entraîneurs, toujours en activité, ont également été priés de parler du départ d'Arsène Wenger. José Mourinho, autre grand rival du Français, d'abord avec Chelsea, puis avec Manchester United, s'est montré philosophe. «S'il est heureux avec la décision qu'il a prise et contemple le prochain chapitre de sa carrière et de sa vie, je suis vraiment heureux pour lui. S'il est triste, je suis triste. J'espère qu'il ne va pas encore se retirer du football», a souhaité le Portugais. «Je suis assez certain qu'en tant que club - particulièrement parce que M. Wenger et Arsenal ont été les plus grands rivaux de l'ère Sir Alex durant de nombreuses années - nous (ndlr: Manchester United) allons montrer à M. Wenger le respect qu'il mérite.»

Jürgen Klopp, coach de Liverpool, a pour sa part ajouté: «Il a toujours développé ses équipes, engagé des joueurs fantastiques. Il était dominant au milieu des années 1990 et au début des années 2000, lorsqu'il gagnait à peu près tout et jouait un football merveilleux», a récapitulé l'Allemand. «J'ai toujours admiré son travail, qui a toujours été brillant. Depuis que je suis en Angleterre, c'est un peu différent parce que nous devons le défier, bien sûr, mais vu d'Allemagne il a toujours été un grand, très grand modèle dans ce job. Sans lui tout sera différent.»

Ton opinion