Publié

Box-officeEn salles ou en VOD: Warner ajuste les salaires des cinéastes

Warner Bros. travaille à mettre au point un accord permettant d’indemniser les réalisateurs, acteurs et autres scénaristes pour les futurs films diffusés sur HBO Max comme en salles.

par
Catherine Magnin
«Dune», de Denis Villeneuve, avec Timothée Chalamet et Rebecca Ferguson, est l’un des films les plus attendus de 2021.

«Dune», de Denis Villeneuve, avec Timothée Chalamet et Rebecca Ferguson, est l’un des films les plus attendus de 2021.

Sortir, en 2021, ses nouveaux films simultanément en salles (pour autant qu’elles soient ouvertes) et sur la plateforme HBO Max: l’annonce de Warner Bros. suscite l’émoi. Et cela même si la fenêtre de visibilité sur la plateforme de streaming sera limitée à 31 jours, même si les films resteront ensuite à l’affiche sur grand écran, et que cela ne concerne que les États-Unis, HBO Max n’étant pas – encore – disponible ailleurs.

Émoi artistique d’abord: voir des films comme «Dune» ou «Matrix 4» privés de grand écran, ça n’a pas fait grincer des dents que les fans. Les cinéastes ne décolèrent pas d’avoir été mis devant le fait accompli sans avoir pu négocier en amont. Mais l’émoi relève aussi du porte-monnaie: toutes ces productions s’annonçaient juteuses.

La bande-annonce de «Dune»:

Il faut savoir qu’il était de coutume que les vedettes (les acteurs, mais aussi les réalisateurs, scénaristes, etc.) touchent une commission sur les bénéfices. À partir d’un certain montant de recettes, ils avaient droit à une participation aux bénéfices. Certains allaient jusqu’à renoncer à leur cachet de base pour négocier un pourcentage plus élevé de participation, avec le risque de gagner moins si le film s’avérait un bide, ou la chance de toucher le jackpot.

Fini, les cachets astronomiques?

Mais comment faire pour un film sortant en streaming? Warner a donc décidé, explique Bloomberg, d’ajuster les conditions de ses accords avec ses partenaires pour garantir un paiement indépendamment des résultats au box-office. Le studio serait proche d’un accord avec Legendary Entertainment, la maison de production de «Godzilla vs. Kong», explique The Hollywood Reporter. La solution? Abaisser de 50% (et même davantage si le nombre de salles qui ferment augmente) le montant des revenus qui déclenchent le paiement. À ce dernier s’ajouteront des frais payés par HBO Max pour sa fenêtre de 31 jours.

Les négociations, dans le détail, ne sont pas encore connues. Ce qui est sûr, c’est qu’on risque d’attendre longtemps avant de voir un Robert Downey Jr. empocher 75 millions de dollars, entre cachet et participation au bénéfice, pour «Avengers: Infinity War»…

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!